COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE

Un, deux, trois, c'est parti

Le 17/09/2009

Un mois après ma nouvelle résolution, j'ai fini par craquer. Oui, je n'étais pas encore prête pour me reprendre en main du fait que j'ai laissé tomber le sport depuis le mois de mai. Cela fait 2 jours que j'ai repris, j'espère bientôt me remettre d'applomb.
A vrai dire, j'ai eu une formation stressante pour un poste en CDI à la clé et çà m'a vraiment stressé.  3 mois de formation où il faut faire ses preuves, c'est dur nerveusement.

Je vous tiens au courant dès que je me reprends en main. Promis. Très très dur de se remettre au sport, j'ai mal partout, mes jambes sont trop lourdes et je suis essoufflée. Je me traîne comme un boulet, moi, qui suis dynamique. Mes habits ne ressemblent à rien car déformés par le poids.......

Le 30/09/2009

C'est quand même bizarre mon cher Watson, à chaque fois que j'essaye de me reprendre en main, boum, il y a toujours quelquechose qui vient casser mon plan anti-rechute !

Oui, j'ai repris un peu le sport MAIS j'ai dû me mettre en quarantaine suite à une trachéite aigüe où je ne peux plus parler.
La psychose de la grippe H1N1 est bien réelle car à défault de fièvre, je tousse et me mouche, les gens te regardent comme si t'avais la peste.
Mon Dieu, je n'ai pas encore la grippe H1N1, c'est juste une inflammation de la trachée.
D'accord, tu en as qui te tousse dessus sans mettre les main ou encore te souffle sur la tronche sans s'être laver les dents. Quand tu fais une analyse des gens, je suis fière de ne pas être comme çà !

Mais comme je suis, çà gêne certainement d'autres personnes car nous n'avons pas été élevés de la même façon. Je pense qu'une guérison doit d'abord commencer par s'auto-accepter soi-même avant d'accepter les autres. C'est en comprenant et acceptant les différences de chacun que la vie continue...

Je dis çà car n'importe quel prétexte peut me déclencher une crise. Ce peut être un regard que j'ai interprêté d'une mauvaise façon, un geste, UN MOT... et il n'en suffit qu'un (de ces éléments)  pour me contrarier.

Alors pendant des années j'ai pratiqué la théorie de l'Autruche en faisait mine de rien voir et entendre en me construisant un mutisme tellement fort que je suis comme un robot programmé pour se connecter et se déconnecter en temps et en heure.
Instinctivement ce robot me conduit vers l'épicerie et me fait acheter tous les aliments 'de crise' car tous ces regards, ces mots, raisonnent dans ma tête.
Alors je paye l'addition et rentre toujours comme une somnambule se dirige vers le frigo et met la TV et vous connaissez la suite.....

Il s'agit d'un rituel auquel je lutte tous les jours pour ne pas aller directement à l'épicerie avant de rentrer chez moi. Alors c'est la bagarre interne car je me dis : "mais, qu'est ce que tu en as à foutre de celui là qui c'est- foutue de ta gueule, il est moche comme un poux" ou alors "ah non, je ne vais pas m'empifrer pour un con pareil".

Cela marche oui, mais il faut la FORCE pour tenir bon et je n'ai plus cet entrain que j'avais avant.
Tout le monde me prend pour l'être intelligent qui a de l'humour, qui est dynamique malgré mon embonpoint mais qui sait être organisée et la meilleure.

Quand je rentre chez moi, je ne suis plus cette personne, mon appartement est désordonné moi qui adore l'ordre et ne supporte pas le désordre ! Je vis mal dans tout ce bordel, je me suis allée à la dépression et tout laisser tomber. Le moral y est pour beaucoup, car je suis fatiguée rien qu'à voir le bordel.

Oui, j'ai 2 personnalités, la première celle que je suis temporairement : bien éduquée... la deuxième celle qui rentre chez elle hyperphagiste, déprimée et colérique.

Comment faire la juste mesure parmi ces deux personnalités, je me dis qu'il y a 2 personnes en moi. J'adore le classique pour travailler mais j'adore être farfelue le soir.

Entre brushing impeccable et mèches bleu fluo mon coeur balance car j'adore les 2 mais je ne sais pas choisir. C'est du fait du travail que je m'adapte sinon je pencherais plus pour le bleu fluo. J'adore choquer les gens et parfois je me dis que j'aime être énorme pour choquer les autres. Avec mes fesses et mon corsaire et mon haut qui ne cache pas mes fesses, tout le monde me regarde et je suis fière de moi, en rouge vif, pour leur appuyer sur le nez.

Je ne comprends plus rien, qui je suis, où je vais, pourquoi je suis là pourquoi on a pas voulu de moi ..... malgré les qualités que l'on me reconnait au travail. Mon défault c'est la bouffe et toute cette double personnalité négative.

J'aimerais avoir le bonheur un jour, de rentrer dans un jean taille normale, de savourer un aliment sans en faire toute une réflexion, BREF DE VIVRE NORMALEMENT SANS PLUS REFLECHIR !!!!!!!

Enfermée dans moi même, je n'arrive pas à m'en sortir, et je demande si je vais y arriver un jour. Quand je vois tout ce gros ventre déformé par le yo yo et toutes ces vergetures, comment trouver la personnne avec qui je ferais ma vie ?

Mais on ne peut pas trouver chaussure à son pied sans que nous même n'allons pas mieux.

Alors je pense que quelquepart, nous sommes égoîstes de ne penser qu'à soi-même; car cette bouffe nous laisse dans ce cocoon auquel on est habitué comme dans une bulle où rien ni personne ne viendra perturber le rite. C'est machinal car c'est tellement calculé que plus besoin d'y réfléchir, les pieds vont tout seuls à l'épicerie. Tu te réveilles quand tu t'es bien empiffrée et tu te dis "mais qu'est ce que j'ai fait ?".

Je viens de comprendre que nous sommes égoïstes de ne penser qu'à nous même sans s'ouvrir aux autres. Après tout, tout le monde a des problèmes et tout le monde ne réagit pas comme çà !

Merci à vous tous pour votre soutien, je commence à mieux comprendre cette foutue maladie....

Peace & Respect

 



10/08/2009
23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres