COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE

Annonce d'une fausse renaissance

Après avoir quitté le cocoon familial parmi lequel siégeait la bouffe, je me suis sentie libre, légère et un départ de Province pour la Capitale m'a fait le plus grand bien.

Il s'agissait de couper entièrement tout lien avec cette famille pour recommencer tout à zéro.

Quel bonheur de pouvoir, remarcher, courir, danser, de presque 160kg, passer à 80kg en l'espace de quelques mois sans forcément prendre de pillule ou autre...

Bon allez, j'avoue que mon budget était très limité, que je n'avais plus aucune ressource pour manger car le peu d'argent que je gagnais (travail à mi-temps puis contrat de qualification), j'ai fouillé les poubelles pour manger. Je ne ressentais plus du tout la faim par moment, et surtout j'étais la plus heureuse, LIBRE. C'est comme si je sortais de prison : celle-ci représentée par la famille et la bouffe !

Par contre, toujours même bassinage avec des gens qui ne viennent que vous voir pour n'observer que ce que vous mangez par jalousie parce que vous perdez du poids et pas eux. Mais ces personnes ne comprennent RIEN : à 158kg, il est très facile de perdre du poids et j'en avais vraiment besoin. Quand à toutes ces bonnes femmes de maximum 50kg qui veulent en peser 45kg, MY GOD, pitié, je ne peux plus les voir en peinture avec leurs questions : "comment tu fais, qu'est-ce que tu manges ?...c'est quoi ton médecin ?...". J'ai pris plus jeune le fameux médicament interdit à présent (lors de mon tout premier régime) et une ancienne collègue de travail m'avait demandé de lui acheter une boîte car "j'étais grosse et moche et que le pharmacien allait obligatoirement me la vendre (160Frs à l'époque)" !

J'en suis venue petit à petit à reperdre ma joie de vivre que j'avais acquise lors de ma soi-disant première renaissance. Tout ces piques et ces humiliations me rappellent instantanément trop mon père... Rebelotte car c'est la haine des gens qui a commencé à se murer en moi au point de me renfermer complètement sur moi-même et de recommencer quelques crises d'hyperphagie contrôlée. Ces dernières ne s'éternisaient pas car j'alternais : phase d'anorexie pendant quelques jours et phase d'hyperphagie.

Ce sont la musique et la danse qui me motivent le plus car ce sont mes deux passions. Autant le classique que le moderne, le plus intéressant reste dans la faculté de ressentir les vibrations, d'en ressortir des émotions et de pouvoir les traduire en créant un mouvement voire une chorégraphie.

Mais c'est l'Opéra qui m'émeut le plus car quand j'entends l'orchestre philarmonique en commençant par l'introduction instrumentale, des larmes ne peuvent s'empêcher de couler sur mon visage de part trop d'émotion.

Un évènement a bouleversé complètement cette renaissance : le retour familial d'un des membres de ma famille.

C'est important d'en parler dans la mesure où depuis ce moment précis, je me suis oubliée complètement au point de ne plus exister. C'était moi qui devait avoir le rôle du chef de famille et je m'assumais en temps que tel et d'ailleurs, j'ai le caractère bien affirmé d'un homme.

J'ai commencé une première thérapie qui était terrible car j'ai commencé à comprendre le pourquoi de mon mal-être lié à mon enfance. Oui, cette thérapie a été dure et j'ai dû suivre un traitement calmant et allé au SAMU en cas de crises aigües où une injection de calmant m'était prodiguée.

Mais ce qui m'a fait arrêter la thérapie a été la fait que ma psychiatre mangeait devant moi !! Au début, je pensais qu'elle me testait pour observer mes réactions face à la bouffe. Mais je me suis vite rendue compte qu'elle était souvent en retard le matin et n'avait pas le temps de déjeûner chez elle ! Donc elle le faisait devant moi en pleine consultation. J'en ai parlé à mon médecin traitant car cet épisode m'a vraiment choqué ! Et puis, elle voulait toujours que je parle de ma petite enfance alors qu'en 2 ans j'avais fait le tour. Je voulais enchaîner sur la bouffe mais elle me disait qu'il fallait reparler du passé. En ayant eu marre de la situation, j'ai arrêté cette thérapie en promettant de revenir dans six mois pour un bilan que je n'ai jamais refait ! Je n'ai pas du tout apprécié qu'elle déjeûne devant moi surtout devant un patient atteint d'hyperphagie compulsive (à l'époque je disais de boulimie en précisant bien "sans vomissement") ce qui en sortant me créait une crise de compulsion suite à l'énervement de la situation.

Oui, cette thérapie m'a rendu grave au point de vouloir mourir et me suicider. La vie ne représentait plus rien et je suis tombée dans la dépression. C'est la raison pour laquelle quand j'ai proposé à ma soeur de venir chez moi, je pensais qu'on allait s'entraider et que j'allais me sortir de tout çà.... En vain....

Mon médecin m'a fait remarqué que de 1998 à 2005 : dates auxquelles, j'ai dû habiter avec un membre de ma famille avec un enfant. De 80kg, je suis repassée à 143kg. Oui, petit à petit, s'en m'en rendre compte, j'avais repris ce poids car la charge m'était trop lourde à gérer : j'étais comme l'homme à la maison et cette personne ne s'est reposée que sur moi pour l'autorité parentale) laquelle j'opte une grande importance.

Dans ma tête, j'étais redevenue petite et je disais que je n'avais rien demandé et surtout pas à venir sur cette terre car on avait pas voulu de moi.... L'enfant était innocent et représentait la vie. Il avait son doudou et avec lui, je suis retombée en enfance, en retrouvant mon doudou et en redormant avec. Tout était transformé dans ma tête.

Les plats étaient cuisinés par moi-même mais j'avoue qu'il y avait beaucoup de féculents et d'articles gras (chaque jour, je mangeais au minimum 1 camembert entier le midi + le soir avec 1 paquet de cookies le midi et le soir, en plus de mes repas). Mais les meilleures steacks étaient pour mon neveu et je refusais qu'il tombe également dans l'obésité et le tourbillon obsessionnel de l'hyperphagie. Malheureusement, moi seule ne suis pas ses parents et vaut mieux que je m'écarte du sujet qui m'a tant peiné !

Heureusement que quelques médicaments essayent de panser les nerfs à défaut de pouvoir être interné !

 



12/05/2009
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres