COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


hyperphagiecompulsive

Ah ce retour de Prison Break !

Autant je trouvais Dominic Purcell beau :pointex:
:flech: Autant je fantasme sur le beau Wentworth Miller

Il est apparemment gay mais on s'en fout . Dans les rêves, il ne l'est pas

Alors, j'aimerais vous demandez si l'amour peut guérir de l'hyperphagie...

... en sachant que ce n'est pas forcément la solution : oui au début, mais ensuite çà revient

même le prince charmant ne peut pas nous guérir de tout çà ! C'est fatiguant à la fin

Ah mon beau Wentworth
hyperphagiecompulsive


Alors ?

Personne n'ose aborder ce sujet :pointex: Sur le site, nous sommmes anonyme donc profiter pour qu'on en parle

:by:

0 appréciations
Hors-ligne
Interessant !
Nous guérir ? mm je ne suis peut etre pas aussi optimiste. Déjà qu'on peut se sentir honteux après une crise, faire une crise devant celui ou celle qu'on aime.... Je pense qu'être avec celui qu'on aime nous fait considérablement diminuer les crises, mais par exemple moi dès que je ne suis plus aveclui elles reviennent.. Mais quand on est avec quelqu'un je crois que c'est une source de motivation de plus pour s'en sortir, on ne veut pas s'en sortir seulement pour nous, mais aussi pour l'autre !
Et puis avec notre maladie nous pouvons avoir peu de confiance en nous, une mauvaise estime de soi, un moral au plus bas :flech: ce qui peut nous conduire à de nouvelles crises
Mais celui qui nous aime a un regard sur nous beaucoup plus valorisant que le notre, ces compliments, ces mots doux peuvent nous redonner confiance en nous, nous "porter" vers le haut. l'autre peut vraiment nous aider à nous en sortir.
Malgré tout je pense que l'autre est une aide précieuse mais la guérison ne vient vraiment que de nous, la volonté c'est nous qui l'avons !
Alors se reposer sur l'autre de temps en temps sa peut vraiment soulager, mais le combat et le long chemin qui mène à la guérison c'est à nous de le faire ! Il ne faut pas être dépendant de l'autre pour s'en sortir sinon je trouve cela dangereux.
je ne suis peut etre pas très clair lol
Mais pour résumer l'amour comme on le dit donne des ailes, il peut nous pousser vers la guérison mais sa ne fait pas tout!

Très constructive ta remarque !

Je pense également que l'amour peut aider car quand tu es amoureuse généralement çà freine les crises. MAIS il ne faut pas de rupture car c'est la catastrophe !

J'écrirais un article sur ce sujet, tiens ce soir, je suis inspirée, alors RDV rayon article ! :by:

Suite à un pb info, je n'arrive pas à ouvrir ma section administrateur pour rédiger l'article, désolé, ce sera pour une prochaine fois, bisous

très interessant ton article sur l'amour. Cependant ne te ferme pas à l'amour, les ruptures sont difficiles mais à trop avoir peur on peut passer à coté d'une belle histoire...
j'espère que tu rencontra l'amour dans un avenir proche car je pense que sa peut tellement t'aider..
Mais je pense que si l'on arrive à guérir "seule", c'est à dire sans l'aide de l'amour, on n'a moins de chance de rechuter. Car comme tu l'as dit une rupture c'est diffcile, et sa peut nous faire replonger..

non... l'amour ne peut pas guérir. Je suis convaincue qu'on ne guérit jamais parce qu'on ne trouve jamais d'amour à la hauteur de nos maux... On n'est jamais vraiment aimée comme on souhaiterait l'être.

J'ai commencé à manger à l'âge de 10 ans. Négligée par des parents trop absents. Un père trop pris par le travail, une mère peu démonstrative. Je ne me souviens pas que mes parents m'aient un jour dit "je t'aime". J'ai 43 ans.

Ma première grosse perte de poids date de l'été mes mes 14 ans, un béguin pour un garçon de mon âge ma donné envie de maigrir. Mais il ne connaissait même pas mon existence.

Seconde grosse perte de poids, vers 18/20 ans. Prise de conscience, envie d'avoir un physique dans la norme, et un chéri. Parce que, forcément, pour être aimée, il faut être aimable. Et les gros ne sont pas aimables (dans le sens "bon à aimer"). Rupture, re-prise de poids. Re-régime... etc etc etc...
Et toujours sans aucun encouragement de mes parents. Ils me voyaient faire le yoyo mais mettaient celà sur le compte de ma "gourmandise"... Et d'ailleurs, c'est ce qu'ils pensent encore aujourd'hui.

La trentaine. Rupture. Grosse prise de poids. Puis rencontre de mon mari. Il m'a aimée avec mes kilos en trop, mais le fait qu'il m'aime comme ça me gênait énormément. Comment peut-on aimer une grosse quand on est un homme normal ? Nous avons 2 beaux enfants. Mais au bout de 13 ans de mariage, une certaine lassitude s'est installée dans notre couple. Le train-train quotidien s'est installé et a pris la place des mots doux et des gestes tendres. Et mes crises sont de plus en plus dures à gérer, surtout depuis 2 ans. J'ai perdu beaucoup de kilos dans ma vie. Sans doute plus de 120 kilos depuis mes 14 ans. Chacun de mes régimes divers et variés me faisait perdre entre 20 et 30 kilos. Mais là, je suis à bout. Je n'en peux plus. J'essaie d'attirer l'attention de mon mari, qu'il se mette en colère en me claquant la porte du frigo au nez, mais non. Il me dit juste gentiment "tu devrais pas, tu vas le regretter"...

Alors non, l'amour ne guérit pas. Non. J'ai un mari que j'aime, qui m'aime. Mais ça ne suffit pas.


Je suis complètement d'accord avec toi : l'amour fait maigrir temps que l'on a les étoiles dans les yeux ! ensuite on reprend tout petit à petit, la magie n'opère plus !

Je pense que l'on a un passé avec la nourriture assez similaire, le principal est d'ACCEPTER que l'homme qui partage votre vie vous aime comme vous êtes !

Je comprends, moi même, je ne supporte pas que l'on me touche à moins que c'est moins qui gère tout et décide. Du moins, je ne comprends pas pourquoi on aime ce gros corps. En fait je n'ai pas accepté dans ma tête que le corps est une enveloppe fictive. Elle peut se modifier à tout moment : par le poids ou suite à un accident... Seulement si je le souhaite car je suis capable de perdre du poids. Mais ce gros corps est une protection : on ne vient plus me faire chier comme quand j'étais mince en me draguant à tout quoi de rue alors j'ai horreur de çà !
Par contre, bien sûr, il ne protège pas de tout les préjugés des gens cons : on est fainéant, on pue, et les insultes/regards malsains bien sûr.

Il est intéressant de se rendre réellement compte de qui vous aime avec votre poids : grosse ou mince, cette personne est toujours là et c'est le principal ! Elle recherche le bien être avec ce que vous êtes et non pas avec votre enveloppe corporelle.

Malheureusement, je le sais mais je ne suis pas encore au stade de l'accepter. C'est très dur à le faire mais patience, çà viendra. Je dis chapeau bas à toutes les personnes qui acceptent les autres telles qu'elles le sont : c'est une qualité rare de nous jour !

Je suis de tout coeur avec vous et votre homme reste un humain comme les autres avec cette qualité en plus : de vous accepter telle que vous êtes et je trouve çà FORMIDABLE

Bonnes Fêtes
athos

:col: moi aussi je souffre de l'hyperphagie compulsive et ca me ronge car mon mari ne comprend pas si quelqu'un a des conseils pour m'aider merci j'attends du réconfort
hyperphagiecompulsive



C'est classique que le compagnon ne comprenne pas la maladie ni les crises.

Il ne comprend pas qu'on puisse se mettre dans un tel état à cause de la bouffe.

Je confirme IL NE COMPREND PAS !!

0 appréciations
Hors-ligne
A mon sens,l'amour peut aider,bien sur.Il est source de bien être et de confiance,deux éléments éssentiels pour parvenir à la guérison.Encore faut il le trouver,l'amour.Comme il à été dit:" Et les gros ne sont pas aimables (dans le sens "bon à aimer")."Pour ne plus être gros,on à besoin d'être aimé,mais pour être aimé on à besoin de ne plus être gros.Difficile de s'y retrouver.Mais outrepassons et admettons que nous ayons trouvé notre moitié.Ce serait merveilleux,ceci nous aiderais considérablement.Mais attention,car si l'amour est constructif,une rupture serait éxtrêmement destructrice.
Ce que nous sommes découle d'un manque d'amour,ce qui nous rends très vulnérables,à mon sens,l'amour est un remède,la condition sine qua non de la guérison.
Dans ce cas,l'amour est comme le baton qui soutient le vieil homme,il est le soutient qui permet d'avancer,mais si le baton se brise,alors le vieil homme chute.Et un vieil homme qui chute se fait mal.

Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Que dire de plus avec ce superbe message ? Merci

0 appréciations
Hors-ligne
:b2:
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres