COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


Nouvelle et besoin d'aide

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour tout le monde!
J'ai 17 ans et je suis hyperphage depuis maintenant un an...
J'ai des crises qui durent souvent 2h et qui sont très violentes, hier par exemple deux baguettes avec un pot de beure de cacahuéte (oui entier ^^), 2 tablettes de chocolat et un paquet de 500 grammes de céréales...je ne sais même pas comment il est possible d'en ingurgiter autant! Je mesure 1m62 et je pèse 53kg, c'est vrai mes crises n'ont pas bcp joué sur mon poids car j'ai toujours été très sportive et j'ai aussi un très bon métabolisme (je ne me fais pas vomir, j'ai essayé une seule fois et je n'ai mm pas réussi ^^) mais cela n'empêche pas que je me sente totalement hideuse, que je perde du temps, que je me gache la vie et que je pourrisse ma santé....en plus cette année je suis en première année de médecine et mes crises me font perdre bcp de temps dans mes révisions, j'ai quand meme de grandes chances de réussir mon concours qui est dans 10 jours mais je sais que si je loupe, j'en voudrai en très grande partie à cette maladie...je ne sais plus quoi faire, j'ai tout essayé, psy, homéopathe, kinésiologue, microkiné...j'ai même essayé de ne plus y penser du tout pendant une période et même de me forcer à manger des trucs bien gras et sucrés car je me suis dit que ces crises étaient peut être dues à une frustration alimentaire mais il faut croire que non...A force de regarder un peu des témoignages, je me rends compte qu'on a à peu près tous le même profil : personne dévouée, qui s'occupe plus des autres que de soi même, manque de confiance en soi, perfectionniste...j'en ai parlé longtemps avec des psys mais ça ne change pas grand chose concrètement, la seule chose qui évolue c'est la fréquence des crises et encore, elles reviennent vite au rythme de tous les jours (voir plusieurs)!Heureusement j'ai mes parents et plusieurs de mes amis qui sont au courant et qui me soutiennent mais ils ne peuvent pas réellement comprendre et cela fait un moment que je dis à mes amis que je suis totalement guérie, j'ai horreur qu'on me voit comme une malade...Bref je suis perdue, au tout début où commençaient mes crises, j'étais avec quelqu'un depuis un an et demi et je l'ai quitté car j'en pouvais plus de lui cacher que je prenais du poids et que je me goinffrais (il y avait tout de mm d'autres raisons mais celle la était la première, il n'a jamais été au courant bien sur...)depuis, quelques petites amourettes mais rien de sérieux, et ça fait trois semaines que je me suis mise avec quelqu'un, et l'image que j'ai de mon corps me gache encore une fois tout...SVP HELP!!!!! Je suis fatiguée, j'ai plus la force de me battre...Quelqu'un a t il réussi à s'en sortir?
hyperphagiecompulsive

Bonjour Fannette,

Je ne comprends pas : tu dis que les crises n'ont pas d'influence sur ton poids et après tu dis que tu ne peux pas cacher à ton copain que tu prends du poids.
- il faut que tu travailles à identifier le problème : noter ce qui a créé ce comportement alimentaire
- en as tu parlé à ton médecin traitant ?
- pour le psy : est il vraiment adapté car la plupart ne sont pas formés ou restent généralistes ce qui n'est pas du tout efficace. En plus trouver un bon psy dans une panacée c'est comme en chercher dans une meule de foin. Et il arrive souvent que c'est le psy qui a besoin de consulter un psy vu les énormités qu'il peut de dire. Et puis même si tu trouves le bon psy, il n'y pas de recette miracle, çà prend du temps, tu ne vas pas arrêter les crises du jour au lendemain. C'est progressif.
Je pense que tu as trop de stress : futur parcours professionnel, concours, et qu'en plus tu dois être concerné par l'abandon affectif de ton ancienne rupture même si c'est toi qui en avais pris les devant.
Après il faut rechercher dans l'enfance un ou des éléments déclencheurs.
Ce n'est pas pour te faire peur que je dis çà mais ne t'attend pas à avoir de solution miracle car celle ci ne viendra que de toi même. Les autres ne peuvent pas le faire à ta place ni même les médicaments. C'est donc à toi de travailler sur toi même pour identifier déjà les raisons de ces crises.
hyperphagiecompulsive

Tu peux également lire le sujet posté par Swanousia qui traite la même question qu'on appréhende tous : Comment s'en sortir ?
Car même si je vais beaucoup mieux et que je ne fais plus de crises depuis presque 6 mois, je me pose moi aussi cette question. Le fait de lire le vécu et le recul de chacun, çà peut aussi te donner quelques pistes.
Mais n'hésites pas à poster si tu le souhaites et si tu as besoin

0 appréciations
Hors-ligne
bonjour,
Je suis hyperphage depuis....je ne saurais plus dire depuis combien d'années en fin de compte car je crois avoir débuté ce genre de crises très jeune, trop jeune à mon goùt...comme nous tous d'ailleurs.
Je me renseigne sur cette maladie très sèrieusement depuis peu car une fois de plus les pulsions sont plus fortes que mon envie de m'en sortir.
Je suis actuellement en surpoids 1m54 pour 58kg ce n'est pas grand chose me direz vous mais j'ai pris 6 kg en 1 mois à base de gâteaux aperos, galettes à la frangipane, sucré et salé (plus souvent salé) font dde moi une prisonnière cyclique de la mal-bouffe...
Je suis en période de crise en ce moment même, le soir venu les aliments gras me font de l'oeil, je les hais pour ça...j'ai tout jetté ce matin à mon réveil avec une certaine envie de tout casser...
Je commence une thérapie avec une psychotérapeute qui me propose de l'hypnose...pourquoi pas?!
Si j'ai le courage de revenir sur ce site qui enfin emploi les vrais termes de cette honteuse maladie...pour nous même, je vous ferais part des résultats.
Je suis avec un homme depuis 4 mois et je ressens l'envie délirante de le voir fuir pour éviter de m'énerver sur lui...il est patient mais je ne veux en aucuns cas imposer ces phases à quiconque...
Ma famille n'est au courant de rien si ce n'est que je m'isole pendant un certain temps...vous le comprendrez certainement vous!
J'aime la sensation que j'ai lorsque cette phase est terminée car je prends enfin soin de moi et les kilos disparaissent tant bien que mal mais ma crainte...c'est qu'un jour la force me manque et que mes crises soient à la fin quotidiennes.
voilà pour ce qui est de mes pensées du jour.
Je connais les raisons de cette entrée en peril dans mon histoire perso, inceste, divorce, manque de la présence paternelle, perte de confiance, déménagements fréquents et bien entendu échecs sentimentaux...cool hein?! moi je suis victime de tout ça mais victime à vie ?? je ne l'espère vraiment pas.
Ceci étant, je garde espoir je crois de trouver une solution et d'arriver au bout une fois pour toutes..
Bon courage à vous tous et que la vie vous soient propice à un vrai bonheur mérité...!!
hyperphagiecompulsive



Merci de votre témoignage ouioui91. Il faut toujours gardé espoir en tout et pour tout : il n'y a pas que les problèmes alimentaires auxquels il faut faire surface mais l'ensemble de la vie qui, pour certaines personnes comme nous par exemple, n'a pas été rose ou a eu un dérapage.
Bien sûr qu'il faut garder espoir sinon la vie ne signifierait rien du tout.

Continez à travailler là dessus, l'hypnose pourquoi pas, çà peut fonctionner ou plutôt réduire le stress et les pulsions.

Ok tenez nous au courant, sans soucis

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes,

quand je lis vos témoignages je me sens moins seule...Hyperphage depuis 1 an, prise de poids en peu de temps,je n'arrive pas à m'en sortir, et plus je me dis avoir le contrôle, moins je gère...J'en ai parlé à mon médecin traitant, cela m'a fait du bien mais rien n'a changé...Ma moyenne est de 2 crises par semaine...Comment reprendre le contrôle de ma vie ?????????
Caroline-Marie
hyperphagiecompulsive

Bonjour Carolinemarie
plus tu chercheras à avoir le contrôle sur la nourriture et sur ta vie et moins tu y arriveras. Car c'est à trop vouloir tout contrôler, la pression liée au contrôle étant trop forte, la tête et le corps finisse par ne plus suivre et boum ce sont les crises alimentaires voire autre. Donc non, il ne faut pas chercher à tout contrôler mais accepter modérement les choses sans en faire tout un drame. C'est tout un apprentissage que d'essayer de sortir de cette forteresse qu'on s'est créée

0 appréciations
Hors-ligne
Moi aussi je suis dans une période assez difficile, j'ai l'"impression que ma crise commence à devenir pire qu'avant ...

j'ai même plus envie de sortir de chez moi , et pourtant je suis une personne qui aime voir du monde, rencontrer des gens, plaire, et partager .. mais des périodes comme celle ci, j'ai honte, honte de moi et de mon corps ... honte de manger
Alyha, une jeune fille qui voudrait être indépendante de cette maladie.

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,
Je suis tombée sur votre site par hasard en recherchant des réponses à mon problème.
J'ai 40 ans. J'ai toujours été en surpoids étant jeune puis en obésité morbide après mes 2 enfants.120kg pour 1,67m. Période de solitude, mal-être. Envie de mourir et mal dans ma vie.
Je me suis faite poser un anneau en 2002. J'ai perdu le poids désiré. Non pas un poids de mannequin, mais un poids qui me correspondait (72kg).
Avec cette perte de poids, j'avais l'impression d'enfin vivre, faire ce qui me plaisait. Enfin j'avais l'impression d'être invisible. Cela me plaisait énormément.
J'ai divorcé et refait ma vie avec LA personne de ma vie. 6 ans que nous sommes ensemble. Je vis un vrai bonheur avec elle et mes filles. Mon poids a un peu augmenté mais je me sens toujours bien.
Seul bémol, mon anneau m'empêche de profiter pleinement de tout car énormément de blocage lors des repas (pas facile dans les restaurants). Ma moitié me demande d'enlever mon anneau, de ne pas avoir peur, que maintenant j'ai enfin la vie que je désirais, que je suis heureuse (ce qui est vrai)et que j'arriverais à garder mon poids. Moi c'est ma hantise de vivre sans mon anneau, et puis à force, un raz le bol de cet anneau, raz le bol d'aller souvent dans les toilettes pour stopper les douleurs des blocages.
Janvier 2011, je retire mon anneau et là début de l'enfer dans ma tête. Au début très grande peur de reprendre du poids, je me pèse trois fois par jour. Rien n'y fait, je reprends du poids, c'est la panique. Depuis le retrait de l'anneau, non seulement j'ai repris plus de 10 kg mais en plus, je ne me sens pas rassasié. Je mange des repas normaux mais après les repas, par moment je n'arrive pas à m'arrêter, je remange après mon dessert un surimi, un morceau de fromage, des gâteaux, j'ai l'impression que mon estomac me réclame en permanence de la nourriture. Je n'arrive pas à contrôler, je me cache pour manger. ça arrive principalement le soir. Dans la journée je suis au travail, j'arrive à gérer, je suis même contente de moi mais dés que je rentre chez moi, c'est une catastrophe, je ne pense qu'à manger. Et heureusement que je ne vis pas seule car je sais que j'irais bien plus loin.
L'anneau m'a juste aidé physiquement mais dans ma tête rien ne va. Depuis 2 mois je vais voir une diététicienne mais rien n'y fait. Je perds du poids très lentement et en une journée je reprends tout en cas de crise.
Je me dégoute. Mon amour avait confiance en moi et moi je fou tout en l'air, je n'ai aucune volonté et je ne sais vraiment pas comment m'en sortir. Je me sens à nouveau super complexée. Plus aucun vêtement ne me va et pourtant je ne veux pas pas acheter des tailles en dessus car je ne veux pas rester ainsi.
Pourtant dieu sait que je suis aimée et respectée, je ne suis pas seule, j'ai une vie de couple géniale et mes filles sont super avec nous et du coup je m'en veux encore plus d'être ainsi car je vois partout que bien souvent la solitude engendre cette maladie. Moi du côté sentimental tout va bien, donc où est mon problème, je n'arrive pas à le situer !!!
Merci de m'avoir lu. Je ne sais pas si cela servira à quelque chose mais ça fait du bien de parler de ce que je fais et ce que je ressens.
Bravo pour votre forum
Bonne continuation dans votre perte de poids. J'espère un jour y arriver.

Dernière modification le 07-01-2012 à 09:25:30
hyperphagiecompulsive

Bonsoir Nase,

Je vous remercie infiniment d'avoir apporté votre témoignage car çà me touche beaucoup étant donné que je vis le même stress que vous et que je me pose toujours la question s'il faut se faire opérer ou pas. Si je le ferais ce serait pour s'assurer que tout ce poids ne reviendra plus. Sauf qu'il ne s'agit pas que de poids mais de TCA dans mon cas. Et ce sont les 3/4 que de la psy TCA ! La diététique n'est que secondaire et dans votre cas comme dans le mien, ce n'est pas le diétécien qu'il faut aller voir mais plutôt le psy TCA.

Sauf qu'à l'époque de pose de tous ces anneaux à gogo il n'était pas question de psy mais de faire perdre aux gens un max de poids pour un confort. Je pense que vous n'avez pas eu ou pu obtenir en parallèle le suivi psy avant (au moins 1 an avant toute opération) et surtout après.

Car il ne s'agit pas que de maigrir mais il y a tous les motifs pour lesquels on est devenu gros (hors celui médical et génétique) dans le cadre du TCA qui n'est pas résolu qu'avec une opération. Je vous conseille fortement de vous faire aider par un suivi psy ou alors voir avec votre médecin traitant.

Je pense que vous vous êtes lâchée à cause de la restriction alimentaire liée à l'anneau du fait que vous ne pouviez pas manger ce dont vous aviez envie en plus de tout cet inconfort gastrique et autre.

Mais je ne comprends pas le chirurgien qui a enlevé l'anneau, ne vous a pas demandé un bilan psy avant de le faire ?

Car de mon côté, aucune opération n'est faite ou refaite sans suivi psy c'est pour çà que j'avais eu refus d'opération.

Par contre bravo pour nouvelle vie ! Mais il ne faut pas que le retrait de l'anneau gâche tout çà. Je vous conseille d'essayer de voir au plus vite pour un suivi psy spécialisé car maintenant que vous êtes heureuse il faut apprendre à calmer cet estomac qui se relâche suite à restriction alimentaire trop importante à cause du retrait de l'anneau.

Je connais plusieurs personnes dans la même situation que vous mais elles ont dû se faire enlever l'anneau à cause d'une intolérance ou des complications médicales sévères. Et effectivement elles ont repris plus du poids qu'elles avaient perdu. Elles sont hospitalisées en même unité TCA pour une autre alternative autre que l'anneau car elles aussi se sont vus se jeter sur tous les aliments interdits et crises à gogo à cause de la trop grande restriction que crée ce genre d'opération.

A vrai dire, en unité psy TCA on va vous dire que vous n'avez pas besoin d'opération qui peut aider bien sûr mais elle n'empêche pas de reprendre du poids petit à petit. Et c'est vrai car en psy spécialisée on rapprend tout : comment manger, pourquoi manger et faire des crises, comment agir et se calmer face aux problèmes etc ...
car c'est çà qui nous fait grossir, le tout étant orchestré par l'enfance et ses traumatises.

Essayez de revoir le médecin et surtout tenez nous au courant ici. Je pense que vous vous êtes tellement stressée avec toutes ces peurs après anneau qu'effectivement vous vous êtes lâchée mais il faut se reprendre en main. Mais cette fois ci ce ne sera pas à la demande de votre conjoint avec lequel vous avez un équilibre mais pour vous même qu'il faut le faire. Car je pense aussi que si vous avez envelé l'anneau qu'à la demande de votre conjoint alors que vous aviez peur de regrossir, c'est dur ce que je vais écrire, mais c'est ce que je pense, à sa demande seule, il ne fallait pas l'enlever. Il faut faire les choses que si vous le sentez et pour vous même. Ca ne veut pas dire que vous ne l'aimez pas, rien à voir ! Mais il faut vous écouter et vous faire confiance.

Vous avez rechuté mais vous allez vous reprendre en main. Par contre, essayez de voir avec le médecin pour qu'il vous fasse quelques examens d'estomac au cas çà aurait eu une incidence sur celui ci le fait d'avoir repris du poids après retrait de l'anneau. Après c'est le médecin qui vous conseillera.

Bon courage et je suis de tout coeur avec vous

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour hyperphagiecompulsive,
Merci pour votre réponse.C'est vrai qu'au moment de la pose de l'anneau, je n'ai fait qu'une séance avec un psy qui m'a signé mon papier en sortant. A cette époque, l'anneau était pour moi indiqué car je grignotais peu mais par contre je mangeais énormément au repas. Quand j'y pense aujourd'hui, je me dis que j'ai dû avoir des troubles déjà toutes petites car je me souviens me cacher et dévorer des croissants, pains au chocolat ou autres gâteaux en cachette jusqu'à ce que mon estomac me fasse mal.
Quand on pose cet anneau, on ne peu plus rien avaler. 7 ou 8 repas par jour. Et encore quand j'appelle repas, c'est un quart de steack et cinq pâtes (et je ne pèse pas mes mots quand je dis cinq). J'ai appris à grignoter pour me nourrir.
Trois ou quatre ans après la pose de l'anneau, j'ai été voir un psy car par moment j'avais envie de dévorer (heureusement que l'anneau était là pour me limiter). J'ai vu trois mois ce psy avec qui je n'ai eu aucun résultat, par moment je me demandais même à quoi il servait à part me prendre mon argent, le peu qu'il me disait je le savais déjà(j'ai perdu ma mère à quinze ans et je suis homosexuelle, alors c'est sûr que ça peu poser des problèmes quand on veut être comme tout le monde) pour lui les problèmes venaient de là. oui biensûr et alors??? Comment je fais pour guérir moi. Ensuite j'ai arrêté car inutile et trop honéreux pour moi.
Aujourd'hui je pense que je n'ai pas été voir le bon psy. Je n'ai jamais été revoir d'autres psys car financièrement ce n'était pas possible pour moi.

Ensuite j'ai rencontré mon amie, ma vie est devenu merveilleuse et je pensais tout mes problèmes disparus.
Cet anneau je l'ai enlevé car mon amie me l'a demandé mais un peu aussi car j'en avais vraiment marre de vivre différemment des autres. Biensûr j'avais peur. Peur de reprendre tout ces kilos qui m'ont gâcher toute mon adolescence.
En plus je n'ai jamais eu confiance en moi. Mon amie essaye de m'aider là dessus, mais je crois c'est c'est au fond de nous et que c'est difficile de s'en sortir même si on est aidé.
Quand je vois les témoignages, je me dis qu'il faut que j'aille voir un psy TCA. Il faut que je me renseigne où en trouver un déjà et dans ma région je ne sais même pas si ça existe par ici ;o).
Je me suis déjà acheter un livre sur la nutrition comportementale.
Je veux "guérir" de ce poids. J'ai ai assez de souffrir. Je sais que cela va être dur mais je ne veux surtout pas renoncer. Je revis depuis que j'ai perdu du poids, je refais des choses avec mes filles et je ne veux pas perdre ça à cause de ces complexes.
En tout cas merci de me lire.

Dernière modification le 09-01-2012 à 08:16:35
hyperphagiecompulsive

C'est vrai que ce genre d'opération crée du grignotage car prise alimentaire trop peu en quantité par rapport au besoin du corps.
D'après ce que vous expliquez il est possible que vous avez souffert d'hyperphagie (sans vous en rendre compte) peut être pas boulimique mais besoin de manger en grande quantité. Du coup avec l'anneau çà a développé un trouble du comportement alimentaire et cette hyperphagie qui a été en sommeil avec l'anneau et ressortie sans l'anneau en hyperphagie boulimique.
Forcément parce qu'être opérée demande un changement d'alimentation et de comportement le tout dans la restriction alimentaire et comportementale : plusieurs repas par jour, il faut s'adapter etc...
Quand vous dites : "besoin de tout dévorer" c'est le côté compulsif qui fait çà et c'est du ressort de la psy. Il faut travailler là dessus absolument, çà fait bientôt presqu'un an que je me bats sur cette envie de tout dévorer : la compulsion est tellement forte que c'est un automatisme. Alors il faut prendre beaucoup sur soi pour outre-passer ces compulsions que je ne peux pas encore maîtriser malgré le cadre psy TCA. C'est la raison pour laquelle je vous disais l'importance de la psy avant opération. Mais pas n'importe quels psys, ceux qui sont spécialisés dans ce domaine. Les autres ne vous feront que de vous faire râbacher l'enfance etc... oui mais quand on a compris le problème il s'agit maintenant de passer au niveau comportemental. L'enfance peut ressortir de temps à autre mais c'est surtout une aide au niveau des achats, apprendre à se raisonner, à maîtriser ce stress ou alors à s'autoriser cet aliment interdit qui nous fait défaut. Il faut voir pourquoi on veut craquer et pour quoi faire : se faire plaisir ? Ok il faut le manger. Se calmer ? ai-je vraiment besoin de çà pour ce faire ? etc... Le psy spécialisé nous apprend à voir différémment la maladie. Ok on est malade mais on peut s'en sortir car il s'agit essentiellement d'un trouble du comportement à la base. Même si c'est basé sur l'alimentaire, c'est une prise en charge comportementale et addictive qu'il faut traiter d'où la difficulté et surtout le temps que prend ce genre de prise en charge. Car on ne peut pas changer nos comportements compulsifs qui sont devenus systématiques en comportements normaux sans stress face à certaines choses ou nourritures. C'est çà qu'il faut travailler en plus du passé mais si le passé ne pose peut-être plus de souci pour vous il faut que la prise en charge s'adapte à votre situation. C'est pour çà que ma prise en charge ne sera pas la même qu'une autre personne du groupe avec lequel nous sommes traités en TCC TCA. C'est vraiment du personnalisé rien à voir avec la psy classique et les résultats sont étonnants car adaptés au cas par cas. Toutes les semaines j'ai des exercices à faire qui ne sont donc pas les mêmes que la voisine de groupe et vice versa.

C'est déjà très bien et encourageant que votre amie vous accompagne. Déjà je pense qu'elle ne vous jugera pas et c'est très important car les 3/4 des personnes qui se font soigner se plaignent de l'entourage qui ne comprend rien et n'aide en rien.

A vous de voir si vous souhaitez vous en sortir sans opération future ou refaire une opération. Je ne suis pas là pour vous juger mais pour essayer de voir ce que vous pouvez mais surtout souhaiter faire.
Quoique vous choississez sachez qu'il faut impérativement travailler sur l'obsession alimentaire, la frustration, la culpabilité, le comportement qu'il soit alimentaire ou pas. Tout est à revoir.
Vous pouvez essayer de voir sur le site AFDAS TCA dans votre département s'il existe des contacts pour une future prise en charge. C'est sur ce site que j'ai trouvé toute seule où me faire enfin soigner car il ne faut pas attendre après les médecins car ils ne savent pas pour la plupart et vous orientent vers la diétécienne alors que non : c'est bien la psy TCA qu'il faut d'abord traiter avant ou parallèle de la diététique.
CLIQUEZ SUR LE LIEN : [lien]

Je ne sais pas si çà a pu vous aider mais je vous souhaite vivement de commencer à trouver des solutions à ce souci qui ne doit pas gâcher votre équilibre que vous avez trouvé maintenant.
Vous allez vous reprendre en main c'est sûr !
A très bientôt

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,

Je suis une jeune femme de 20ans et j'ai tout pour être heureuse, malheureusement la nourriture à toujours était mon problème. Il y a un an j'ai commencé à faire des "crises"; je mangeais tout se qui me tombait sous la main jusqu'au dégout total, au départ je pensais que c'était de la boulimie mais il y a quelques jours je suis tombé sur un reportage sur l'hyperphagie et je me rends compte que cela correspond exactement à se que je vivais. Pendant 3mois je faisais des crises quasiment tous les jours, puis pour me punir je sautais des repas, puis je recommençais les crises... bref l'enfer, j'ai prit prêt de 10kg en quelques mois. Depuis septembre je me suis peu à peu reprise et j'ai retrouvé mon poids santé; 55kg pour 1m60, certes je ne suis pas mannequin mais je me sens bien. Le chemin a été dur surtout que je n'en ai jamais parlé à personne, ni ma famille ni mes amis ne sont au courant. J'ai depuis peu parlé de mes problèmes à mon meilleur ami et il m'est d'un soutient essentiel. Voila, aujourd'hui plus de grosses crise, ma dernière se limite à 200gr de chocolat et remonte à une semaine, mais globalement je me contrôle. Cependant je rencontre aujourd'hui un autre problème; j'ai la phobie de certains aliments. Je ne me sent rassurée que si je mange tous les jours la même chose ,c'est à dire café le matin, légumes vert et 1fruit le midi et enfin soupe et pain beurré le soir, sortie de ce schéma je panique. Je n'arrive plus à manger de viandes ou de laitages. Tous les weekend je mange avec mes amis, je redoute ce moment, et lorsque je fait un "excés" je me purge. J’essaie de réapprendre à manger normalement, je pense que j'y arriverais mais le chemin est encore long.

Merci pour ce blog, je n'avais jamais raconter se que je viens d'écrire et cela me fait du bien de pouvoir me confier à des personnes qui savent se que l'on ressent; l'envie, le bourrage, puis la honte, les remords, la punition parfois, et ce cercle infernal qui recommence...
Je sais que je vais m'en sortir, j'ai confiance et je vous souhaite a toutes du fond du cœur de guérir.
Dora
hyperphagiecompulsive

Bonjour Dora,
Ce qu'il faut essayer de comprendre et surtout accepter et le fait que pendant que tu jeûnes, en réalité tu prépares une ou plusieurs crises. Fais y attention la prochaine fois.
Si tu t'autorises certains aliments interdits tu verras que petit à petit les crises cesseront. Il ne faut pas réserver ces aliments interdits qu'en période de crises. C'est la restriction alimentaire qui fait çà. Après il faut apprendre à se contrôler quand on met un aliment interdit dans sa bouche sans être en période de crises. J'avoue que c'est compliqué, moi même c'est difficile en soirée par exemple. Il faut se dire que ce n'est pas une barre de chocolat qui va nous faire grossir le lendemain mais belle et bien la crises avec ses 5000 calories. On se sent moins frustrer et il faut apprendre à gérer la culpabilité en accentuant le plaisir que çà nous a apporté.
Tu as des rituels alimentaires comme la plupart d'ailleurs, c'est pour se rassurer de ne pas grossir qu'on fait çà entre autre. C'est pareil, il faut essayer de couper ceux-ci.
Tout ne se fait pas du jour au lendemain, moi même j'ai encore du mal à couper le rituel du repas du soir.
Il faut faire des tests de manger un aliment interdit en petite quantité et se faire martel en tête pour ne pas que çà bifurque en crises et tu verras que tu ne grossiras pas le lendemain.
Ou alors tu fais comme moi, tu remplaces ton repas par un ou des aliments interdits mais ayant la même valeur calorique que ton repas (la quantité est réduite car souvent ce sont des aliments gras et sucrés donc vite caloriques) et tu te rendras compte que tu ne grossiras pas. Par contre on a faim plus souvent en remplaçant par exemple son repas par du chocolat car c'est du sucre rapide ou lieu du sucre lent (mais c'est pas grave ! faim = manger !).
La restriction alimentaire créé une véritable obsession sur les aliments interdits car tabous pour nous (phobie du gras entre autre = stock sur cuisses, hanches, fesses) car on a peur qu'il nous fasse grossir.
En y réfléchissant, ne vaut-il pas mieux s'autoriser une barre de chocolat voir plus de temps en temps ou tous les jours (pourquoi pas ?) qui ne nous fera pas grossir, plutôt que de s'empifrer de plaques entières dans quelques jours ou mois car on s'est trop restreint et on en a trop envie ? Ce comportement crée une obsession alimentaire tellement forte qu'il est difficile d'en sortir à terme du fait de la dépendance que çà a crée. Même si je m'autorise ces aliments interdits maintenant et que j'ai même perdu beaucoup de poids, il m'est toutefois difficile encore de résister aux pulsions alimentaires dûes à l'obsession parce qu'elle s'est transformée en addiction.
Donc ce n'est pas simple de sortir de cette maladie, il ne suffit pas d'arrêter les crises, car non seulement il faut traiter l'obsession mais aussi l'addiction et autres choses. La liste est tellement longue, que je ne veux pas vous décourager. Tout s'enchaîne de toute manière. Si vous voulez vous sortir, il va falloir accepter tout çà sinon, il faut attendre jusqu'à ce que vous êtes prête à accepter les changements.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres