COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


L'hyperphagie et moi, mon histoire...

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour ! J'ai 24 ans, et cela fait 6 ans que je souffre d'hyperphagie. J'ai toujours aimé manger, mais un régime que j ai commencé vers mes 18 ans a réellement changé mon comportement, au point que la nourriture est devenue une obssession. J'ai des périodes ou heureusement j'arrive à faire abstraction et manger plus ou moins normalement, ce qui me permet au moins de stabiliser mon poids. Mais ces moments ne durent pas longtemps. C'est surtout en hiver que mes crises apparaissent, comme si une dépression revenait à chaque période de l'année. J'ai pris 10 kilos en quelques mois seulement, tout ca a cause de crises, qui arrivent souvent le soir. Beaucoup de facteurs entrainent mes prises alimentaires : la solitude, l'ennui, la tristesse, la peur, ... On peut dire que la bouffe est une drogue, et je crois qu'elle le sera à vie. C'est épuisant d'avoir ce mot qui hante ma tête, de penser à ca tout au long de la journée. Je ne sais plus aujourd hui comment je dois m'alimenter pour manger normalement, comme les autres le font, sans réfléchir. Je rêve de pouvoir connaître ces sensations ! Mon petit espoir maintenant est que je vais voir un diéteticien et une psy, et je pense que c'est un premier pas. J'ai vraiment envie d'aller mieux, et j'ai envie que ca aille vite, mais c'est un long chemin et il faut etre patient. Si vous avez des astuces pour gentiment me remettre sur le roit chemin, je les prends volontiers. Je sais que je dois comprendre d'abord la cause de ce comportement, mais j'ai vraiment aussi envie de réapprendre à manger ! J'espère avoir un peu de vos témoignages et aide pour me sentir moins seule et aidée, ensemble on sera plus fort ! Merci d'avoir créé ce forum, il y en a trop peu...

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour, suis soulagée de voir que je ne suis pas la seule dans ce cas.....je viens de me faire une jolie petite crise....j'ai commencé par un yaourt nature/canderel, et puis j'ai vu les gâteaux dans le placard: la bonne petite voix me disait bien "non, non, tu sais comme tu es mal après..." et puis la mauvaise petite voix "Vas-y, mange-les, tu en as tellement envie de ce goût sucré dans la gorge...". Me voilà partie sur 1 gâteau, juste un...et puis 2 et puis 3 et puis c'est partie et c'est frénétique. J'ai mangé 3 pain au lait, 2 flancs, une vingtaine de fraise tagada, 2 lions, 1 paquet de petit écolier, des madeleines, et plus je mangeais, plus je me sentais une infinie merde dans cette maudite cuisine...j'ai fini avec une 15aine de surimis mayo, histoire de me finir...bref, en ce moment même, je me sens très mal, j'ai honte de mes addictions et honte d'être hors contrôle lors de mes crises. J'ai 29 ans, j'en souffre depuis l'âge de 15 ans et mes crises sont plutôt régulières, une par semaine en moyenne. J'ai la chance de ne pas avoir de réel problème de poids, mon mal ne se voit pas alors les gens ne comprennent pas...Je fais 1m70, j'oscille entre 61 et 63 kilos, suis charpentée mais pas ronde mais mon poids est une obsession, ma balance est ma pire ennemie et la bouffe le diable en personne...pour ma 1ère grossesse, je pesais à l'époque 57 kilos, j'ai pris 35 kilos, l'hyperphagie a duré 9 mois, je garde un très mauvais souvenir de ma soumission face à la bouffe, et même si j'ai perdu presque tous mes kilos de grossesse, je paye au prix fort cette prise de poids incontrolable: vergétures et tout le toutim. Pour ma 2ème grossesse, 24 kilos...j'ai bien géré les débuts et puis les vieux démons m'ont rattrapée, j'ai pris 20 kilos les 3 derniers mois...
Bref, je partage mon expérience pour dire à toutes et tous ô combien je vous comprends et à quel point je sais trop bien les états par lesquels on passe...ce soir j'avais une soirée de prévue, j'ai tout annulé, trop honte et surtout pas envie de me sentir boudinée dans mes vêtements, je sais bien que ce n'est pas en une seule crise que je vais prendre 10 kilos, mais dans ma tête c'est comme si je les avais pris, je suis une personne sensée et je sais bien que cette crise n'a pas d'incidence immédiate sur mon apparence et pourtant je me sens bouffie et bouffée par la graisse. C'est très compliqué, et comme je l'ai dit, les gens ne comprennent pas, mon hyperphagie ne se voit pas et j'ai conscience d'être ce qu'on appelle "une jolie fille" mais à quoi bon avoir une enveloppe charnelle "jolie" si c'est pour souffrir autant dans son corps et dans sa tête et être prisonnière de la bouffe. Merci de m'avoir lue, je me sens un peu mieux mais pour moi ça ira mieux d'ici 1 jour ou 2 qd mes légumes-poisson vapeur auront lavé ma honte...
A bientôt...
Emilie
hyperphagiecompulsive

Bonsoir,
Essayez de savoir dans quels buts vous faites les crises :
- par plaisir ?
- par réconfort ?
- par ennui ?
- par peur, tristesse, colère ? Noter tout par écrit, tout ce qui vous passe par la tête. Au début c'est compliqué de le faire AVANT crise car on est dans la transe, c'est pas grave, faites le APRES. Mais il faut se forcer à le faire AVANT ce qui petit à petit fait retomber la peur, tristesse, colère... Il m'a fallu plus de 6 mois pour arriver à faire cet exercice avant crise ! Au début ne pas s'inquiéter si la crise est différée, c'est pas grave. A force de faire l'exercice, sans arrêt, çà retombera sans faire de crises. Comme moi, il peut y avoir des compulsions alimentaires mais ce sont des sortes de début de crises mais c'est rien ! Généralement après j'ai plus faim donc çà remplace mon repas et surtout je fais en sorte que çà ne dépasse pas ma satiété ou si c'est le cas, çà la dépasse un peu mais c'est rien par rapport aux crises.

Ces crises sont régies par les stress et émotions. Effectivement il faut travailler là dessus et cesser la restriction alimentaire liée aux régimes ou jeûnes ou autres. Le yaourt au canderel, ok mais peut être que çà fait des jours ou des heures que tu avais inconsciemment envie de ce gâteau et le yaourt ne vient pas combler cette envie. Du coup tu te jettes dessus et çà tourne en crise(s) car foutu(e) pour foutu autant faire une crise et s'engloutir tout ce dont on a envie, qui nous font plaisir surtout si on se les interdit par peur de grossir.
Quand on commence à entrer dans ce tourbillon infernal on finit par être frustré(e) et par culpabiliser.
Moi même je reconnais que je n'arrive pas du tout à gérer les émotions ce qui me fait encore avoir des compulsions alimentaires. Quant au stress, je suis plus stressée qu'avant car je ne fais plus de crises donc çà ressort encore plus mais ce n'est pas grave, il faut apprendre à trouver une alternative, chose que n'arrive pas encore à effectuer !
C'est que chez nous, on se tourne tout de suite sur la nourriture au lieu de trouver une autre alternative. Il faut déjà identifier pourquoi on fait ces crises et ensuite voir si celle ci a résolu ce pourquoi. Souvent on se rend compte qu'elle n'a rien résolu, au contraire on se sent mal et souvent déçu(e) de ne pas avoir réussi.
Mais il faut persévérer : en un an de thérapie comportementale TCA, je ne suis qu'au début du travail sur les émotions et le stress. J'ai passé tout ce temps sur la faim et satiété mais j'ai pas encore acquis le plaisir en mangeant et ce lentement. Ca se met en place petit à petit, il faut bien comprendre que c'est un TCA qui est devenu AUTOMATIQUE dans nos agissements alimentaires et non alimentaires. Pour circuiter le cerveau afin de couper ces automatismes, çà demande beaucoup d'investissement de soi. Mais si vous le souhaitez vraiment, vous pouvez y arriver mais çà prend du temps et beaucoup d'investissement de soi.

0 appréciations
Hors-ligne
Merci pour vos réponses, ca fait du bien de se sentir comprise et qu on n est pas la seule dans cette situation. Merci liligabie pour ton témoignage, je dois dire que je me retrouve assez dans tes propos. Je mesure 1m69 pour environ 65 kg, j ai des fortes hanches surtout, mais on me dit jolie et charmante. Quand je parle de mes soucis à quelques personnes de confiance, je crois qu elles ne se rendent pas compte de l ampleur de notre problème. Quand je leur dis que j ai de violentes crises (que je ne détaille pas trop), elles me répondent souvent : ah mais moi aussi, hier j ai mangé la moitié de la plaque de chocolat. Et là, j essaie d aprofondir un peu le sujet pour leur faire comprendre que c'est surtout notre comportement au moment des crises qui est différent du leur. Comme dis en-dessus, on est en transe, en plein délire et rien ne peut nous arrêter, sauf le dégout ou l impression que l on va exploser.

Merci Emilie pour ta réponse, tu trouves tellement les mots juste. De mon coté, je fais des crises pour plusieurs raisons : peur, ennui, sentiment de solitude et que personne ne pense à moi / que je ne suis importante pour personne en particulier (la nourriture est du coup ma meilleure amie), manque de quelque chose, de quelqu un... Je ne sais pas pourquoi je me suis réfugiée dans la nourriture pour m apaiser, il y a environ 5 ans... Je dois voir une psy la semaine prochaine, et j espère que l on va pouvoir creuser tout mon passé pour comprendre pourquoi...

Là il est dimanche et j ai peur de faire une crise, je me sens seule, j ai envie de voir une certaine personne mais je sais déjà que cela ne se fera pas. J essaie pour le moment de me détendre (bain, prendre soin de moi, etc) pour ne pas faire une crise et penser à autre chose... et bien sur, grâce au forum et à vous, cela apporte beaucoup de réconfort ;)

au plaisir de vous lire tres bientot!

Salut les filles!
Contente d'avoir trouvé ce blog!
Je partage les mêmes problèmes que vous. Pour ma part tout a commencé après des années de régime, de contrôle de poids...Après mon passage au collège, je voulais être parfaite, alors j'ai maigri, je me suis instaurée un petit régime bien à moi, et là victoire, je me trouvais belle, tout le monde me trouvait belle, je faisais des défilés pour des magasins de sport, j'ai réussi mes études sans aucun échec, je me suis mariée, j'ai trouvé facilement un travail, j'ai beaucoup d'amis, je fais pleins de sorties...mais tout ça avec un immense poids qui me poursuit jour et nuit. Les seules personnes au courant de mes problèmes sont mes parents et mon frère. Aujourd'hui j'ai pris du poids, je ne suis pas grosse mais j'ai très peur car après tant d'années de maîtrise de soi, de privation, de "règles" imposées, je suis fatiguée de tout ça, et aujourd'hui il ne se passe pas une seule semaine sans que je fasse une crise ou même plusieurs! Là, il y a même pas une heure, j'ai fait une crise horrible, je me suis goinfrée. Je ne comprends pas, parfois je me lève pleine de bonne volonté, tout va bien, et il suffit que je fasse un petit écart pour que tout vol en éclat. Tout à l'heure, j'ai commencé par prendre un pomme alors qu'on avait terminé le repas même pas une heure auparavant. Puis j'ai pris le pot de fromage blanc, j'a commencé à la petite cuillère et au bout de quelques secondes, j'avais terminé le pot de 1 kilo. Enervé, je me suis rendue à la cuisine, où j'ai trouvé du pain, j'ai mangé la moitié du pain. Puis j'ai pris du miel, puis du fromage, puis des pistaches salées puis encore un fruit jusqu'à resentir la sensation d'être complétement pleine, prête à exploser, un sentiment de honte me remplie ensuite et là j'ai une seule envie c'est eme coucher et essayer de ne plus penser! C'est horrible, quand on a été belle et bien dans son corps de se retrouver comme ça, avec un sentiment d'êre grosse, énorme, de toujours penser aux repas. En ce moment, j'écris tout ce que je note, ça me donne une certaine maîtrise mais ça me fait aussi beaucoup culpabiliser!
Je crois que la solution est de ne jamais faire de régime, ça fout tout en l'air, c'est horrible, un jour ou l'autre, tôt ou tard, ça éclate, on ne peut pas résister toute sa vie aux règles que l'on s'impose et le corps se vange! Après ma perte de poids, je n'avais plus mes règles, aujourd'hui j'ai repris du poids mais mes règles ne sont toujours pas revenue. En faite, en faisant des régimes, on dérègle totalement son horloge biologique et par conséquent son système hormonale! Aujourd'hui, je reconnais être "malade", façon de dire mais il est très difficile de s'en sortir. Je suis contente d'avoir trouvé ce blog, peut-être que si on s'entraide, on y arrivera. Moi j'ai déjà vu des psychologues, j'ai déjà fait de l'acupuncture, mais rien n'y fait. Actuellement je teste la microkinésithérapie, j'ai l'impression que cela me fait du bien. Alors courage à toute, il ne faut pas se laisser aller et se dire qu'on a une seule vie sur cette terre alors il ne faut pas la gacher!
hyperphagiecompulsive

:hf:

Bonsoir,
Je rajouterais que le froid n'aide pas ! car les crises se manifestent un peu plus étant donné qu'on ne peut pas manger la même quantité en été qu'en hiver. Et avec ces écarts de température, le corps a besoin de manger. Du coup, j'avoue être sujette à des compulsions alimentaires qui ont tendance à se rapprocher un peu plus tous les jours. Ca me fait peur car je ne veux pas rechuter. Mais c'est vrai que le froid fait manger plus. Il faut continuer à se dire qu'il faut aller de l'avant, déjà prendre conscience de notre rapport anormal avec la nourriture est déjà un grand pas ! Après effectivement il faut agir modérément. Je confirme que les régimes entretiennent le contrôle et qu'au bout d'un certain temps le corps et la tête n'en peuvent plus de devoir contrôler tout çà, du coup les crises apparaissent.
Je remarque avec admiration toutes ces personnes mangeant sans complexes et ayant un poids normal qui ne se font pas chier avec toutes ces questions qu'on se pose. Ils ont l'air de prendre plaisir à manger et s'arrêtent quand ils n'en veulent plus. Quel bonheur ! A quand est-ce que ce sera mon tour ?
Entre temps ce temps glas glas n'arrange rien et çà m'énerve !
:c9:

0 appréciations
Hors-ligne
Je suis tout à fait d accord avec toi, l hiver est une sale période pour moi, c'est là ou je prends le plus de poids... En effet, nos corps ont déjà besoin de plus de calories, mais de mon coté c'est aussi une saison plus triste, plus sombre, je dois souffrir du manque de soleil... Une fois le printemps venu, mes crises diminuent, mais quelle horreur de se voir avec tous ces kilos en trop... Pour le moment je peux encore me cacher sous les couches d habits, mais bientot il va falloir se montrer au grand jour, j appréhende. Je remarque que je n ai plus aucun plaisir a m habiller, meme plus l envie de faire les magasins, tellement peur de me trouver moche dans la glace...

Ce matin j avais rendez vous pour ma 2eme séance de thérapie... conséquence : grosse crise ce soir en arrivant chez moi, et la j ai juste envie de recommencer a manger bien que je me sente vraiment très mal mentalement! le sentiment que j ai à l heure ou j écris, c est que j ai un manque, un vide énorme dans ma vie... de qui ou de quoi, je ne sais pas... J ai juste envie de me remplir pour me sentir mieux... je suis tellement décue de moi, et tellement désespérée, j ai l impression d etre seule au monde et que je ne m en sortirai jamais...
hyperphagiecompulsive

Il ne faut pas se décourager suite au sentiment d'échec car moi même j'ai aussi des hauts et des bas et je suis plutôt dans les bas actuellement mais ce n'est pas grave !
Idem pour les périodes de dépression par 6 mois
Idem début de thérapie = pire pendant plusieurs semaines
mais ne pas vous décourager çà fait partie du traitement !!

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres