COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


L'hyperphagie est une addiction à la nourriture.

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous, toutes!
Souffrant de boulimie non vomitive, depuis l'age de 12 ans, j'ai toujours su que mon probleme n'etait pas d'ordre psychologique. N'ayant pas d'autres piste, j'ai quand même fait tout le parcours classique des obèses , et biensur avec une rechute systematique apres chaque tentative. J'ai meme essayé l'hypnose, l'anneau gastrique (qui a failli me tuer), et j'en passe....

Et un jour ,j'ai fait la connaissance d'une jeune femme alcoolique. Quand nous parlions de nos problemes, il s'est imposé à moi que nous avions le même probleme. J'ai toujours dit que ma relation avec lanourriture etait une addiction. Je n'arrivais pas à dire non à la nourriture . Comme un alcoolique ne peut pas dire non à l'alcool.
Cette jeune femme etait en traitement avec un medicament, dont on parle de plus en plus aujourd hui, un myorelaxant dont l'effet est enfin reconnu pour son effet sur les addictions. Elle est aujourd hui guerie depuis presque 1 an.

En Avril, j'ai pris rdv avec son doc. Il m'a dit qu'il avait 2 patientes gueries de la boulimie. "Je le savais!"
J'ai donc commencé ce traitement, et au bout de 2 mois, le 5 Juin, j'ai ressenti quelquechose d'extraordinaire, je n'avais plus de pulsion alimentaire. Depuis, je mange équilibré, ma perte de poids a commencé, -17kg, je vis enfin sereinement ma relation à la nourriture .
Je suis à votre disposition si vous voulez en savoir plus.

L'hyperphagie est une addiction à la nourriture.
hyperphagiecompulsive

Bonjour Sissi,
Ce médicament s'appelle t'il le Bacl.... ? Il s'agit d'un myorelaxant pour guérir de l'alcoolisme. Etant hospitalisée dans une unité où l'on traite toutes pathologies dont les troubles alimentaires, l'alcoolisme, les addictions sexuelles, les Toc etc... le Professeur du service dont les travaux sont reconnus pour ses recherches sur l'alccol, n'a jamais autorisé ce traitement pour nous qui avons un trouble alimentaire. Par contre, certains patients sont atteints de trouble alimentaire et souffrent également d'autres pathologies dont l'alcoolisme mais je n'ai jamais entendu ni rencontrer de patients qui aient eu ce traitement pour traiter les troubles alimentaires hors alcool.
Comme tout médicament, l'addiction n'est pas traitée de fond, elle se transfert vers une autre addiction qui peut être celle médicamenteuse. En clair, que se passe t'il le jour où on vous demande d'arrêter le traitement ? Il y a t'il une étude qui indique quelles en sont les conséquences dans 5 ans ou 10 ans ? Faut-il prendre ce traitement à vie ?
1 an de guérison c'est super mais ce n'est pas représentatif, il faut rencontrer des personnes qui sont à 3-5 ans de guérison pour vraiment dire "waou çà marche vraiment".
Moi-même je n'ai pas eu de crise alimentaire pendant 1 an et demi et boum j'ai rechuté très récemment. Par contre j'arrive à relever la tête et continuer le combat grâce à la prise en charge hospitalière. Nous sommes très peu à n'avoir aucun traitement car je refuse ce système que j'appelle "le masque" car le médicament (dont toute la panoplie des anti-dépresseurs, somnifères, myorelaxant) sont magiques sur le coup tout va bien mais boum il faut des doses de plus en plus fortes et après, tout revient ! Je vois mes copines avec des quantités astronomiques de médicaments et au final (passé 6 mois à 1 an) elles ont encore plus de compulsions alimentaires que moi.
Donc attention quand même, un médicament n'est pas de la magie qui fait tout oublier et donc guérit tout (en plus il peut y avoir des effets indésirables non négligeables qui nécessitent un sac de médicaments). J'ai un grand doute même si c'est très efficace. Quand tu l'arrêtes tu fais quoi ? Boum risque de rechute et qui plus est, bien carabinée.

Donc je suis bien contente pour toi si tu as pu trouver un remède qui te convienne. Ce sont bien sûr mes convictions car je ne suis pas médecin.

Je te remercie pour ton partage sur ce traitement mais j'aimerai savoir ce que t'a dit exactement le Dr en addictologie si tu le souhaites. Merci beaucoup.
hyperphagiecompulsive

j'ai oublié d'ajouter que bien entendu que l'hyperpagie, la boulimie etc... sont des addictions au même titre que l'alcoolisme. Et quelles peuvent même se transférer. Exemple : je peux aller mieux et moins faire de crise alimentaire, mais en parallèle, je me suis mise à boire et éventuellement devenue addicte sexuellement.
Ces transferts d'addiction vers une autre ne résolvent rien. Il faut vraiment traiter le problème de fond. Par contre si ces transferts ne se font que momentanément ce n'est pas grave. Il ne faudrait pas qu'ils deviennent aussi des addictions au même titre que l'hyperphagie.
Il m'est arrivé en début de prise en charge hospitalière de ne pas supporter le stress et les émotions liés à la maladie. Ca faisait 10 ans que je n'avais pas fumé et je me suis remise à le faire sur quelques mois au début intensément puis modérément jusqu'à me dire d'arrêter car rien ne sert de se créer une autre addiction pour soulager la première dont il est trop difficilie de s'en sortir. Je me suis mise aussi à boire mais ayant eu mon père alcoolique j'ai refusé de tomber là dedans.
Il s'agit de bien se concentrer pour ne pas tomber dans le piège des transferts. Attention ce n'est pas parce qu'un mois on a bu que l'on devient forcément addict.
Seulement ayant une addiction alimentaire poussée, c'est à surveiller pour ne pas que soient créées d'autres addictions.
Voilà, merci d'avoir ouvert le sujet !!!

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toi!
Plein de réponses à tes diverses questions.
Pour ce qui est du traitement à vie, personne ne sait si il faudra le garder ou pas. Pour l'instant je suis passée de 120mg à 50mg aujourd' hui.

Il faut descendre tout doucement jusqu'au jour ou je sentirai une pulsion revenir, auquel cas, je remonte de 20mg tout de suite (meme protocole que pour les alcooliques) ,il se peut en effet que je doive garder une dose à vie, comme j'ai deja un medic pour la thyroide et un pour l'arthrose. Il existe plein de traitements à vie.

Je prefere ça qu'un medicament contre le diabete ou le cholesterol. Ce medic est connu depuis plus de 40 ans, et ses effets ,y compris à hautes dose, aussi.

Mes soucis psy, je les avais réglés grace à une therapie de 3 ans avant le baclofène. C'est pour ça qu'il etait incomprehensible pour moi de continuer à manger. C'etait pas normal.

Ce que j'ai resenti à 120mg etait une guerison physique.

Les personnes qui souffrent d'addictions, ont simplement un déficit d'une substance (le gaba B) que nous essayons de combler en apportant un plaisir (alcool, nourriture, sexe sport, drogue....) pour soulager cette anxieté provoquée par ce manque. C'est pas une bonne solution mais jusque la ,on avait pas d'autres solutions.

Une fois ce manque comblé par le baclofene, on se retrouve exactement comme les personnes qui gèrent "normalement" leurs vie avec les desagrements qui ne manquent pas, hélas.

Tous les essais de lutte que j'ai fait durant mes 40 dernieres années de vie n'ont jamais aboutis, j'ai perdu des milliers d'euro, fait des cures, WW au moins 4 ou 5 tentatives, l'anneau gastrique, des psychotherapies, des trucs vraiment farfelus, TCC, hypnose.... avec rechute chaque fois. J'avais tout pour etre heureuse, c'etait pas normal de continuer à manger comme ça.

Maintenant, j'ai un bonheur enfin TOTAL. Et l'avenir dira beaucoup de chose. Et j'espere que nous perdrons moins de temps qu'on en a perdu pour les alcooliques. Je ne saurai pas dire combien de morts sont causés par les TCA, plus ou moins directement, mais ce que je sais ,c'est que mes 40 kilos de trop auraient finis par me tuer aussi surement que l'alcool pour un alcoolique.

Et ce n'est pas parceque nous ne mettons QUE nous en danger en mangeant qu'il faut négliger l'impact de ces maladies.

Et chacune de ces tetatives etait une lutte quotidienne, comme l'est le combat d'un alcoolique quand il essaie de s'abstenir , une souffrance de chaque instant, une obsession de chaque instant ou presque.

La serenité que je vis depuis 8 mois vaut tout . Et les medecins qui le prescrivent ne sont pas des farfelus. Il existe même maintenant des formations pour ceux qui veulent s'y mettre.

On ne gueri pas d'une maladie neurologique par la volonté, une fois qu'on a admit que les TCA ne sont pas psy,que c'est multifactoriel, la part psy est limitée et se resout par une thérapie plus ou moins courte s'il y a un souci plus grave à l'origine mais certainement pas des années!!!

Ma généraliste prescrivait deja le baclo pour l'alcool ,elle m'avait dit que ça ne marcherai pas pour TCA ,car trop psy.... aujourd hui, elle prescrit aussi pour TCA et je suppose aussi pour les autres addictions. Le fonctionnement est exactement le même.

Merci de m'avoir lue.

Je repondrais avec grand plaisir à d'autres questions, en esperant ne rien avoir oublié ce soir.
L'hyperphagie est une addiction à la nourriture.

0 appréciations
Hors-ligne
Voici les denières nouvelles..... L'aiguille s'est déplacée légerement ,enfin, je suis à 85.5 soit petite perte de poids de 0.5kg., soit, 19.5 partis ,vraissemblablement pour toujours Cool

Pas énorme, ce demi kilo, mais il se trouve que je me rapproche du poids que je faisais déja à l'adolescence (80kg) donc on peut presque dire que c'est mon poids de forme, puisque à aucun de mes nombreux régimes, je n'ai réussi à descendre en dessous de cette barrière fatidique de 80kg.

Alors, ça prendra le temps que ça prendra. Il n'y a plus rien qui presse maintenant, ma façon de manger . Et si ça pouvait m'eviter d'avoir la peau trop flasque, et bien, je prends!

Chaque jour le petit miracle se confirme. Toujours dans le but d'éliminer les fameux derniers ES qui restaient, je suis passée à 30mg par jour depuis 3 semaines maintenant. Je m'y habitue, j'apprivoise cette serenité vis à vis de la nourriture.

Je n'appréhende plus les repas en famille, ceux que je prépare surtout, ni les repas au restaurant, puisqu'ils ne sont plus synonymes de crises avant, pendant et après, comme c'etait le cas avant.

Mercredi, un de ces repas a eu lieu, pour célébrer Pâques et l'anniversaire de ma nièce en même temps. J'ai invité ma famille. Résultat de la chasse à l'oeuf de mon petit fils, un sac plein d'oeufs au chocolat praliné, à la pate d'amande, des gros ,des petits.... Si je vous dis que je n'en ai pas mangé un, vous pouvez me croire.

Le chocolat ne me dit plus rien. Par contre, j'avais fait des lasagnes et un très bon gateau au chocolat, et j'en ai mangé une part de chaque, avec un plaisir véritable et sans aucune culpabilité. C'est un peu comme si le baclofene ,en effacant l'addiction, révelait ma vraie nature, et que j'ai retrouvé mon libre arbitre.

Les chocolats des supermarchés ne sont pas de très bonne qualité, alors que le gateau que j'ai fait, j'en connaissais la composition (et pour cause), je refuse maintenant de me faire du mal. Les pulsions d'avant tenaient plus du sabordage ou d'une forme de suicide, l'important était d'ingurgiter des quantités, peu importait la qualité.

D'ailleurs, mes goûts ont changé, je me fais plus plaisir avec du salé maintenant.

. Quand j'ai faim, en fin d'apres-midi, je n'ai plus envie de sucre, mon "goûter" sera plutôt du jambon avec une galette de riz, ou une boîte de maquereaux au vin blanc, qui me permettra d'attendre l'heure du repas.

Par contre petit souci au niveau de mon genou. Je me sens tellement en forme que j'ai présumé un peu de mes pauvres articulations, j'ai fait monter mon tapis de marche à 7km, ce qui correspond pour moi à de la course. Et j'ai eu une inflamation au genou. C'était un peu long à partir. Une fois l'inflamation disparue, j'ai vu mon homéopathe pour en finir avec la petite gène persistante, donc, traitement de fond avec du silicium et granules. Et séances sur un plateau monté sur une boule pour muscler autour du genou sans traumatisme. J'essaie de mettre toutes les chances de mon coté maintenant. Et ça me conforte dans l'idée qu'il est contre nature de vouloir s'accepter avec du surpoids, car le squelette n'est pas prévu pour supporter une surcharge excessive.
L'hyperphagie est une addiction à la nourriture.

0 appréciations
Hors-ligne
bonjour a tous et a toutes,
Petite nouvelle sur le forum, je ne sais pas encore si je souffre de cette maladie que l'on appelle l'hyperphagie.
Alors je vais vous raconter ma petite histoire et vous allez me dire ce que vous en pensez!!!

Je commence seulement a m'inquièter, mais ça fait quand meme longtemps que je vie cela mais sans trop m'inquièter...disons que depuis 10 ans environ, les régimes s'enchainent, juste pour perdre les quelques kilos après les grossesses, il y en a eu 3! des régimes parfois efficace, parfois non! mais que ce passe t il quand on reprend tous ce que l'on a perdu, c'est décevant, tant d'effort pour rien, alors on lache prise, plus envie de faire quoi que ce soit...
Si je devais vous décrire mes crises, elles sont simple : après le travail, c'est le passage au supermarché (parcequ'il manque toujours quelques chose à la maison!), et je tombe sur une demie brioche (j'adore ca!), puis le temps du trajet, j'engloutis!!! elle y passe en 10 min voir moins!!! après tout ca je le cache au mieux biensur...
je trouve toujours quelques choses a manger dans cette foutue voiture, un quart d'heure de trajet je dois m'ennuyer sans doutes!!! l'ennuie est mon ennemie, à la maison c'est pareil, si je dois attendre mon mari pour passer à table avec les enfants, je grignote.... et une fois a table, j'ai a peine faim, mais il faut bien manger autrement ça va se voir!
Je repense au travail aussi, le midi si je n'est pas eu le temps de faire à manger pour manger sur place, c'est le passage au supermarché, avec les collègues, c'est l'achat de plat tout fait, tres salé, très cher biensur!!! quel gachis!

En ce moment, pas envie de faire grand chose, pas de motivation, dégoutée de mon comportement alimentaire, pas sur de moi, et surtout la prise de poids!!! 6kg, quel gachis après avoir perdu 10 kg (78 a 68) avec un réequilibrage alimentaire ( si on peux en parler c'est la chrononutrition)
Aujourd'hui, j'aimerais refaire ce réequilibrage, le déclic n'est pas là! je commence et j'arrête, c'est un casse tête...je lâche prise en faite, pas de motivation, et à la moindre occasion c'est manger des choses qui me font plaisir, en grosse quantité, pour aller mieux....pourquoi je n'est pas de réponse......je pense même faire de l'hypnose pour savoir le mal être que je ressens!
Et pour s'habiller l'horreur! comment faire quand je ne rentre plus dans mes pantalons...

Si je viens sur ce forum, c'est que je ne viens de comprendre qu'il y a bien un mot sur mon problème, et j'aimerais tant en savoir plus...connaître les expériences de chacun...aidez moi, j'aimerais tant avoir ce déclic pour repartir, être plus sérieuse sur mon alimentation...il est temps!
merci
Céline!



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres