COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


Comment en guerrir????

0 appréciations
Hors-ligne
Lunaswan

0 appréciations
Hors-ligne
[b]Allo! Je crois que je souffre d'hyperphagie compulsive.
Je me leve la nuit pour manger en cachette et je N'ai aucun controle de quand sa va s'arreter. J'ai fait beaucoup de démarche pour en guérir , mais je ne trouve rien de concluuant. Pouvez vous me dire quelqu'un si je suis vraiment hyperphahique et comment je puis m'en sortir
S.V.P donne moi espoir
[/b]

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Pitchounette!Je n'ai pas vraiment de solution non plus,moi aussi,je suis confronté à ce problème,je ne mange plus la nuit,mais la journée.Je crois qu'il n'éxiste qu'un remède contre ce mal:la volonté.Je sais que c'est éxtrêmement difficile,il faut se surveiller en permanence.Quand manger devient une obsession toute la journée,comment en sortir?Celà fait des mois que je lutte et je suis loin d'en être sorti.Une chose très importante,je pense,c'est de ne pas rester seul dans son coin,rompre l'isolement est une mesure urgente à prendre,ce pourquoi tu as bien fait de venir en parler sur ce forum.Ce n'est que dans le partage,l'écoute et le soutiens mutuel que l'on peux en sortir.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonjour à tous,

La guérison est longue et difficile car ils faut apprendre à maîtriser les stress et émotions sans passer par la nourriture. Ce qui demandent une réelle investigation de soi car le coeur du problème vient de là. En parallèle il faut travailler sur la faim et satiété. Il faut également sortir de son cocoon et faire ce dont on a envie : cinéma, sport... sortir de la maison pour ne plus s'enfermer sur soi même et manger.
Le terme guérison est délicat car il suffit que tu te sois rétablis quelques années et à la moindre émotion négative (exemple : dècès d'une personne chère ou perte d'un emploi ou autre) çà peut revenir. Surtout pour les personnes qui sont en obésité et/ou la maladie est ancrée depuis trop longtemps. Dans ce cas une opération sleeve ou autre est conseillée c'est une sécurité. Mais ce n'est pas systémmatique c'est uniquement pour une certaine catégorie de personne dont on sait que les rechutes sont fréquentes et qu'il y a un risque à terme de rechuter même si tu as remonté la pente pendant quelques années. C'est mon cas, j'apprends à manger normalement sans régime en écoutant faim et satiété mais çà prend du temps plus de 8 mois maintenant et je n'écoute pas encore la satiété car je force encore l'estomac. Mais je n'ai plus de crises, plutôt de petites compulsions mais c'est pas grave, il faut apprendre à déculpabiliser et hop on se rattrape après. Il faut également apprendre à ne plus tomber dans le catastrophique parce qu'on commence à manger un peu plus. Il faut se raisonner et devenir lucide pour ne pas que çà tourne en crise. Je peux vous dire que c'est compliqué et que çà aussi çà prend du temps. Mais çà en vaut la chandelle : j'ai perdu beaucoup de poids et c'est pas terminé par contre je suis loin d'être guérie car tout çà prend du temps. Donc vous pouvez vous en sortir mais il faut travailler sur soi même sérieusement. Une seule opération ne sert à rien car çà reviendra = c'est pas parce que l'estomac est soit disant bloqué par bypass ou autre qu'il ne faut rien faire. Non çà c'est impossible car tu peux maigrir au début mais tu reprendras tout quand tu te rends compte que certaines choses passent. C'est pour çà que j'avais eu le refus d'opération à cause des compulsions alimentaires ce qui m'avait mis très en colère et çà m'avait provoqué encore plus de crises. Mais à ce jour, je me rends compte que l'hôpital avait raison, impossible d'être opérée et compulsions alimentaires car çà peut même être fatal.
Donc il faut s'entourer d'une bonne équipe médicale en psy et en médecine obésité pour une bonne orientation.
Je vous assure qu'on peut manger de tout sans culpabilité et perdre du poids (attention pas peser normalement et vouloir faire moins que son poids normal). Je parle d'obésité morbide, le poids normal n'est pas un poids à 3 chiffres dont forcément qu'on perd du poids même avec une alimentation normale mais raisonnée.
On sera jamais guérie mais on tend à la guérison. Il y a des hauts et des bas mais c'est normal du jour au lendemain on ne peut pas tout gérer sans faiblesse face à la nourriture. La tentation est toujours là mais il faut apprendre à faire avec.
Je peux vous dire que j'en ai épuiser des mouchoirs au début mais tant pis, çà vaut ma vie entière. Je suis sûre qu'avec un poids extrême et sans arrêter de grossir à cause des crises, dans les 5 ans j'aurais eu un arrêt cardiaque car j'avais déjà des complications médicales et je commençais à ne plus pouvoir marcher et être essouflée. Je ne sortais que pour aller travailler et faire les courses.
Donc ne vous découragez pas, mais il faut savoir que c'est long et difficile mais oui on peut s'en sortir, tendre vers la guérison. Vous assurez qu'on peut en guérir, çà s'est pas possible. Toutes les personnes qui s'en sont sorties vous diront qu'elles craignent toujours la rechute même si çà fait des années. Moi même c'est ma pire des crainte.
IL FAUT ALLER DE L'AVANT, SE METTRE UN COUP DE PIED AUX FESSES ET HOP C EST PARTI. LE PLUS DUR EST DE COMMENCE PUIS DE SE STABILISER. COMME C EST TRES LONG LE MECANISME QUI TEND VERS LA GUERISON, IL FAUT S ARMER DE PATIENCE, FAIRE AVANT LES HAUTS ET LES BAS ET SE DIRE QUE POUR RIEN AU MONDE JE BAISSERAIS LES BRAS. ET SURTOUT LE FAIRE POUR SOI ET PAS POUR LES AUTRES.
Voilà ! Bon courage à tous, sachez que vous le valez bien si vous le souhaitez et c'est à vous de décider. Je n'étais pas motivée à cause des rechutes cumulées depuis l'âge de 13 ans en plus de l'obésité infantile mais je n'ai pas eu le choix à cause des problèmes médicaux. Je ne dis pas çà dans le vent car je connais et je sais toute la souffrance de cette maladie que ce soit l'anorexie ou l'hyperphagie je suis passée par là et çà vous tue progressivement.
Si je vous dis que vous pouvez y arriver, vous le pouvez mais çà prend du temps il faut le savoir plusieurs mois ou plutôt plusieurs années sachez le.
GROS BISOSUS A TOUS JE VOUS AIME TOUS COMME VOUS ETES.
hyperphagiecompulsive


Bonjour John, je me souviens que vous avez déjà posté sur le forum et c'est vrai qu'on a tendance à penser que ce ne sont que les filles atteintes de TCA. Non pas tout les hommes aussi. Ils sont peut être plus discret c'est pourquoi on a du mal à s'en rendre compte.
J'ai eu plusieurs mails perso d'hommes car ils ne souhaitaient pas poster sur le forum. A présent je ne réponds plus aux mails perso car je souhaite et je vous rejoins sur la réflexion qu'il faut rompre l'isolement. Complètement d'accord !
Dire que c'est une histoire de volonté oui et non car il faut de la patience et le pouvoir de vouloir s'en sortir.
Après vous avez l'équipe médicale qui reste importante car si on va vous bassiner la tête à faire un régime basse calories, non, c'est pas compatible avec la maladie. Etre au régime on sait faire, il faut cesser les crises et cette envie de manger toute la journée. C'est normal car la réflexion ne tourne qu'autour de la nourriture en permanence.
Cet après midi, j'ai un RDV pour aller voir un spectacle. Je n'ai absolument pas envie d'y aller, je préfèrerais rester dans mon lit au chaud sous la couette. Et bien non, il faut que je me bouge et c'est çà aussi la maladie. Tout est centralisé sur la nourriture mais aussi le comportement social qui en patit et au final tout en patit.
Il faut apprendre à se reconstruire petit à petit, à se changer les idées ou avoir une activité qui coupe la réflexion de la bouffe. Ne serait ce qu'un instant. Je suis incapable de regarder la TV sans penser sans arrêt à la bouffe, en plus avec toutes ces pubs de bouffe çà m'énerve car si je vois des nouveautés, je suis foutue car je vais devoir courrir au magasin pour l'acheter (çà m'obsède jusqu'à ce que je craque). La technique que j'ai trouvé et de s'occuper en même temps que de regarder la TV notamment les mains. Donc je surfe souvent sur internet en même temps que je regarde la TV. Mon cerveau est donc bien occupé ce qui me permet de ne pas avoir des pensées automatiques de bouffe tant que je suis occupée.
Bref, ce sont des petites techniques que l'on trouve au fur et à mesure pour couper un peu tous automatismes qui sont ancrés dans le cerveau.
Si vous avez des expériences dans ce genre, n'hésitez pas je suis à l'écoute de tout !

0 appréciations
Hors-ligne
Oui,c'est tout à fait ça,je me retrouve dans tes propos.Par contre,quand tu parles d'opération,je ne sais pas trop,moi,ça me fait très peur,j'ai déjà été opéré(pour un problème dentaire)mais,souffrant en plus d'apnée du sommeil,je n'ai pas supporté l'anesthésie.Mon réveil s'est très mal passé,mon coeur s'est emballée et du sang est tombé dans mes poumons provoquant une infection.J'aurait pu y rester,forcément,j'hésite.
Maintenant,je pense qu'une clef de la réussite est de rompre l'isolement,en éffet.Et ce n'est pas forcément facile,en ce qui me concerne,vu mon passé,aller vers les autres m'est difficile,je m'y éfforce cependant....
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonsoir,

Je suis complètement d'accord, une seule opération n'est pas suffisante car elle ne va pas résoudre les problèmes liés aux stress et émotions.
Concernant l'isolement, complètement d'accord, mais c'est très compliqué je confirme. De plus, ce qui est mon cas, j'ai dû mal non pas d'aller vers les autres mais de trouver des points communs. Je me sens si différente, dans un autre monde que c'est un peu compliqué à gérer. J'adore ce que les autres détestent et je ne me sens pas à la place parmi les autres. Je ne sais pas quoi dire, j'ai toujours peur qu'on se moque de moi.
C'est pour çà que la maladie n'est pas que l'alimentation, c'est aussi ce qui a autour dont l'isolement entre autre.
:b2:
hyperphagiecompulsive

:c9:
Je suis super contente que plusieurs personnes apportent leur vécu si çà peut aider les autres et soi même, c'est génial.

Car je ne suis pas la science infuse sinon çà se saurait et de plus je suis encore malade donc je ne suis pas encore stabilisée (= ce terme remplace le mot "guérison")

Allez il faut qu'on aille de l'avant tous ensemble. On va bien pouvoir arriver à faire quelquechose, non ? Si si il faut y croire malgré les hauts et les bas.
:c9:

0 appréciations
Hors-ligne
Oui,il faut avancer,et avancer ensemble.Tu te sens différente,certes!Nous le sommes tous,car nous sommes uniques!Heureusement!Mais je vois ce que tu veux dire,tu te sent éxcentrique par rapport aux autres.Je suis un peu comme ça aussi,mes gouts ne sont pas ceux de tout le monde!Mais au lieu d'en faire un objet de crainte il faut plutôt s'en servir,il ne faut pas hésiter à l'afficher.Il y aura certainement des moqueries,l'Homme étant ce qu'il est....Mais il y aura aussi des gens pour comprendre et accepter.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

:b2: John
Vous êtes formidable car c'est exactement çà. Un grand merci car effectivement on se sent comme un extra terrestre.

Vous m'avez rassurée. D'ailleurs j'adore l'excentricité, les couleurs criardes, ce qui différent dans la rue j'adore. Malheureusement les autres détestent et les sarcasmes fusent.

Mais heureusement qu'entre nous on peut se comprendre. C'est déjà çà.
Bonne soirée et merci

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,

Je ne suis pas inscrite depuis longtemps, mais c'est rassurant de savoir qu'on est pas seule...
Je ne suis pas guérie non plus, loin de là... je me suis fait posé un anneau gastrique en juin, et le miracle a opéré : 8 kg en moins le premier mois alors que l'anneau n'était absolument pas serré.ensuite , il y a eu 3 resserrages et mon poids non seulement stagne, mais je me bats pour qu'il reste stationnaire. quitte à m'affamer 4 jours avant d'aller voir mon chirurgien pour mes visites et pour qu'il constate juste que je n'ai pas bougé (en fait j'avais regrossi, puis reperdu en 4 jrs pour etre stable chez le chir !!!
infantile, je le sais pertinemment.... mais bon, qd les compulsions alimentaires sont là, je sais pas encore les chasser, sinon je posterai pas ici...
mon psy trouve assez édifiant (et moi aussi) que j'ai perdu lorsque l'anneau n'était pas encore efficace, et que je ne perds plus maintenant qu'il l'est.... parce qu'il est efficace : il m'arrive fréquemment de "bloquer".... seulement, j'ai vite appris à savoir ce qui passe sans problème et ce que j'aime et je mange en cachette.... donc, et bien, j'ai encore beaucoup de travail car l'anneau il n'est qu'un support, le principal est dans la tete, et pourquoi est ce qu'on compense et que compense t on? ca, c'est à chacun de savoir, mais je confirme : aucune solution miraculeuse n'existe, et c'est en soi que l'on doit trouver les réponses .
Mon psy m'a aussi fait comprendre que cette perte de poids prouvait que je savais gérer mon alimentation, et que si j'étais bien dans ma tete et mon corps, la bouffe n'était pas un problème... seulement voilà, le savoir c'est loin d'etre suffisant... mais ca aide surement.
en tous cas, j'essaie de trouver des occupations, des petits plaisirs et de me motiver en me disant : "tu as prouvé que tu pouvais le faire, donc tu sais le faire, donc à toi de jouer...."
je suis positive aujourd'hui, et c'est aussi pour ca que je poste, parce que c'est loin d'etre le cas tous les jours, et je me déteste et culpabilise si souvent d'etre incapable....
bonne journée à tous
lisa

0 appréciations
Hors-ligne
Eh voilà,c'est éxactement ça! Le problème n'est pas d'ordre physique en soi,c'est un problème psychologique.Si on en est la,c'est qu'à la base il y à un autre problème,une cause psychologique,que ce soit du à un choc,à du vécu ou à une différence tout part de la.C'est ça,le travail psychologique,c'est d'arriver à faire la paix avec soi même.C'est pour cette raison que je suis anti-chirurgie.A moins que ce ne soit un ultime recours pour sauver une vie la chirurgie n'est pas une solution.Techniquement,si c'est bien fait,en principe il y aura perte de poids,mais même si on ne peux plus manger comme avant,le problème psychologique reste.Je ne crois pas que l'on puisse vivre heureux avec cette solution.
La difficulté étant que les causes sont souvent multiples.
Pour ma part,de par des disposition héréditaires,j'ai toujours eu des problèmes de surpoids,dès ma petite enfance.Et les gamins,entre eux....Dès le départ j'ai donc du faire face à la moquerie,aux méchancetés,à l'isolement.Et comme je ne sais pas répondre à ce genre d'attaque,parce que sans doute je suis trop naïf,et vulnérable,je suis rentré dans une spirale infernale.On commence par se consoler avec de la nourriture,et comme vous avez une drôle de "famille",personne ne fait rien....Vous prenez donc du poids,en grandissant,on franchit un degré de méchanceté,l'isolement est encore plus prononcé,c'est une discrimination des plus cruelles....Alors vous continuez de manger,vous vous repliez sur vous même.Et puis en fin de compte,vous ne pouvez plus en sortir parce que vous ne savez pas COMMENT en sortir.
C'est mon éxemple,j'imagine ne pas être le seul....Résultat,je pourrait toujours résoudre mes problèmes de poids,mais...Pas leur cause...
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonjour,
J'espère que çà va depuis la dernière fois ! Oui je confirme tout ce que vous dites, c'est absolument çà. Moi aussi je pensais que la chirurgie était la baguette magique dont j'avais besoin jusqu'à ce qu'une connaissance a failli perdre la vie à cause de çà.
Et je me répète c'est exact que l'anneau ou autre peut faire maigrir au début mais Lisa le décrit bien pour le vivre : que si tu découvres que çà passe il y a danger. Et je connais quelqu'un qui au début avait bien maigri mais avec l'opération a tout repris voire même plus.
C'est bien pour çà que si le travail psycho n'est pas fait avant ce type d'intervention il se peut que ce soit un échec mais c'est pas systématique non plus. Je ne veux pas faire peur à Lisa.
John j'ai vécu et je vis pareil que vous. Le problème est bien là, c'est qu'à cause de ce contexte familial, environnemental, les moqueries, et le reste, on s'est refermé sur soi même avec la bouffe qui anesthésie les peines, qui calme toute cette rage en nous. Le gros problème est les émotions car personnellement je n'ai jamais réussi à les maîtriser car je n'ai pas eu les bons parents pour me rassurer ou encore me dire que ce que je faisais était bien. Du coup le transfert le plus rassurant c'est la bouffe. Et à chaque fois, un automatisme se crée car la bouffe est la baguette magique qui soulage tous les stress et émotions.
Là comme je me suis détachée des crises, je peux vous dire que je prends du stress et des émotions en plein la tronche tous les jours. J'ai prévenu l'hôpital que çà m'épuisait car je n'en peux plus et avec l'hypertension je sens les palpitations cardiaques et j'ai souvent mal à la tête. On me dit que c'est normal car je n'ai plus la bouffe pour compenser. Alors toute les semaines je bassine le psy pour m'aider à sortir de ces émotions et de stress qui me tue. Mais je n'y arrive pas.
Car John vous avez raison, sortir de çà demande avant tout sortir de son cocoon et remettre beaucoup de choses sur le tapis. Et surtout accepter d'entrer dans une nouvelle vie en allant vers les autres, s'affirmer... et çà j'en suis pas encore capable.
Pour moi tout va trop vite. J'ai perdu pas mal de poids depuis janvier uniquement en essayant de suivre ma faim et en mangeant de tout mais je ne pensais maigrir aussi vite. J'arrive à rentrer dans des pantalons que je n'ai pas mis depuis plusieurs rechutes en 2008-2009 voire même 2006. Par contre rien n'a évolué sur les émotions car je focalise trop sur les émotions négatives. De toute manière même un paysage peut m'émouvoir au point de pleurer et me sentir hyper mal car je refuse de me tourner vers la nourriture pour soulager et supporter tout çà.
Je n'ai pas encore trouvé la méthode qui essaye de calmer toutes ces émotions. En fait il y a aussi une histoire de schémas cognitifs et pour çà je vous laisse lire les articles concernés car c'est très compliqué mais c'est réel. Et se détacher d'un schéma c'est partir en guerre contre soi même. En conclusion, se détacher de la nourriture ok mais çà ne résoud pas le problème totalement car effectivement il faut travailler sur son schéma cognitif.
Donc il y a tout le travail alimentaire mais également tout le travail psy. Et d'après mes expériences psy, personnellement je trouve la psy comportementale plus compétente pour traiter les problèmes de TCA. La psy classique c'est bien mais tu n'avances pas aussi rapidement et surtout tu ne fais pas d'exercices pour t'aider concrètement. Après chacun son avis.
Bonne soirée à tous

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,

Oui,comme je m'en suis rendu compte,la nourriture par elle même n'est pas un problème.On peux apprendre à le gérer.Aujourd'hui,j'ai craqué,j'ai fait des éxces énormes,pour autant,je ne vais pas culpabiliser,j'ai appris à en prendre mon parti.Mais au lieu de pleurer sur mon sort,bah,demain je bougerait un peu plus.J'ai perdu du poids,très éxactement 21kg.Pourquoi culpabiliser?
Je sais pourquoi j'ai fait ceci,simplement parce que j'avait besoin d'une pause.Je tiens un rythme éffréné depuis trois mois,alors de temps en temps je souffle.
Voyez vous,je pense qu'il faut avancer,tant que vous avez la volonté,que vous faites les éfforts recquis,se ne sera pas dramatique si vous vous lachez une fois.On est pas des machines non plus.
Et puis,le travail physique se fera tout seul,une fois qu'on s'est lancé.Quant au travail psycho,bien que plus dur,il est réalisable.Mais il est très long.Si vous ne vous sentez pas de vous en sortir seule,bah,il y a déjà le forum,on peux se soutenir mutuellement.Et si vous le désirez vous pouvez consulter un psy.Perso,pouvoir en parler sur un forum est une bonne solution.Je peux en parler de façon totalement libre.A une personne en face de moi,j'aurait surement des réticences,mais la,je suis isolé,mais en groupe en même temps,je parviens donc à m'éxprimer.Ce peut être une piste.

Enfin,pour ce qui est de la chirurgie,je ne l'envisage que comme recours ultime.J'ai failli mourir à cause de la chirurgie,et pour une opération bénigne qui plus est.Chat échaudé craignant l'eau froide,j'y regarderais à deux fois avant d'y repasser.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonjour John,
Vous avez complètement raison, le travail psy est très long et ne va donc pas aussi vite que la perte de poids. Je confirme puisque c'est ce que je vis aussi.
Toutefois, et c'est juste, si on craque une fois de temps en temps et ce, sans culpabiliser, je trouve c'est un pas énorme dans la maladie. Donc je dis oui.
Vous avez la bonne réflexion et attitude. Du moins c'est déjà ce qu'on apprend à faire en psy TCA. En parallèle il faut apprendre à avoir de la pensée positive au lieu de focaliser toujours sur le négatif. Donc il y a la psy à travailler mais aussi apprendre à vivre l'instant présent en pleine conscience (j'avais oublié que le chant des oiseaux est si beau). Il faut s'installer tranquillement et se donner le temps d'écouter une musique, de voir un paysage etc... en essayant de ne se concentrer que sur çà et de ne pas laisser les pensées automatiques de la maladie venir gacher ce moment. Il y a aussi les exercices de respiration et de relaxation qui aident ne ce serait pour le stress. Je les pratique et çà me calme. Au début on n'en voit pas du tout les bénéfices puis après çà relâche quand même car çà permet ne serait ce qu'un cours instant de se déconnecter cette obsession de nourriture. On apprend çà aussi en psy TCA.
C'est clair que si quelqu'un me raconte de belles choses, je suis contente pour lui mais le fait d'être malade, je n'arrive pas à en tirer les bons côtés. Je ne vois que les côtés négatifs lié à la maladie. Et ceci entretient la dépression si on est déprimé en parallèle. De ce côté, mon psy me dit que je ne le suis plus mais en fait c'est par cycle : çà s'appelle la dysthymie. Mais çà fait depuis l'enfance que j'ai çà donc pour s'en débarrasser c'est long. Ou peut être que si on ne s'en débarrasse jamais, il faut apprendre à prendre du recul et se dire que demain çà ira mieux.
C'est pour çà que guérir n'existe pas, se stabiliser sur de longues périodes voire complètement OUI mais guérir non car il y aura toujours un risque. Et puis comme vous dites, si on craque une fois, deux fois, 3 ou 4 fois par an, c'est quand même mieux que 7 ou 8 fois par jour. Je vois aussi la guérison dans ce sens.
Qu'avez vous fait pour avoir ce recul, c'est grâce à la psy ou alors vous êtes assez fort pour une prise de conscience totale de la maladie ? Bonne journée,
N'oubliez pas changement d'horaire oblige.
hyperphagiecompulsive

J'ai oublié de rajouter que vouloir sortir de la maladie c'est aussi ré-apprendre à prendre soin de soi ne sera ce pour les habits, les soins corporels, le maquillage pour les filles, se coiffer... Chose que je ne fais plus depuis ma rechute car je me sous-estime trop.
Même avec ma perte de poids, j'ai commencé à refouiller dans mes armoires pour des fringues moins larges mais je n'arrive pas à comprendre que je rentre dedans. Quant à me re-maquiller, je n'en ai pas encore envie. Le parfun j'adore, j'en ai plein ainsi que le maquillage mais je me dis toujours que ce sera pour quand je serais stabilisée. Alors que çà n'a rien à voir mais je n'ai pas cet état d'esprit encore car j'en ai envie de plus en plus mais mon image dans le miroir me dit autre chose. Alors je me dis qu'il faut attendre encore pour tout çà. Et c'est çà aussi la maladie, prendre soin de soi moralement mais aussi esthétiquement.
Voilà, mais vous John vous n'êtes pas concerné par le maquillage donc ce sera autre chose pour vous. LOL
Bon je vous laisse je vais à l'aquagym. Pour info, hier je n'y suis pas allée, j'ai mangé normalement en m'autorisant des trucs gras et salé, c'est martel en tête pour ne pas culpabiliser mais impeccable, j'ai pensé à vous et je n'ai pas culpabiliser. Je suis contente ! MERCI :b2:

0 appréciations
Hors-ligne
Eh bien,je suis content que l'échange puisse nous faire avancer.C'est bien vrai,tout ça,on remet à demain,pour quand ça ira mieux....Mais on sait qu'on ne le fera pas.Et c'est la qu'il faut réussir à se prendre en main!Moi,je savait tout celà,je l'ai toujours su.Mais je ne voulait rien faire,je n'avait pas la volonté d'en sortir.Je n'ai pas eu un passé très agréable,alors je m'en fichait pas mal.Je n'ai gardé que l'amertume et une certaine haine.
Paradoxalement,c'est ce qui m'aide à avancer.Mais ce qui m'à fait prendre conscience qu'il fallait agir,c'est quand je me suis rendu compte que ma maladie devenait dramatique.Je suis arrivé,tout de même,à 147kg.Je vous ai dit que j'ai failli mourir à cause de la chirurgie,ce qui s'est passé en fait ce n'est pas l'opération proprement dite qui était bénigne,il s'agissait d'une infection dentaire qui nécéssitait d'enlever trois dents.Le problème c'est que mon obésité à entrainé une complication que j'ignorais:l'apnée du sommeil.A cause de celà,je n'ai pas supporté l'anesthésie.
Pour tout arranger,à l'époque,je fumait.J'ai arrêté,depuis,et je me suis décidé à faire quelque chose.
L'éssentiel est d'avancer.Même si ce n'est pas facile;car la dépréssion est un sacré frein!Je pense qu'il faut l'accepter.Pour faciliter un peu les choses je tiens un journal.Chaque jour,si j'en ai envie,ou a chaque évènement j'écrit.Je laisse couler les mots,peu importe,personne ne le lira.Même pas moi.Mais ça soulage.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonsoir,
Encore une fois, nos idées et vécus se regroupent. J'ai pesé jusqu'à 11kg de plus de vous John donc je sais ce que çà fait quand tout ce poids à essayer de ce trimballer partout.
Oui aux risques dus à l'anesthésie à cause de l'apnée du sommeil. Je comprends que cette expérience a dû avoir un électrochoc dans votre tête pour s'organiser avec les moyens du bord pour essayer de sortir. Pour le journal je suis d'accord. Disons que quand j'ai créé le blog, çà m'a fait un bien fou d'évacuer tout ce que je pense et tout ce que je vis. Ensuite il est possible d'évacuer la colère en l'écrivant voire en remontant jusqu'aux personnes qui nous ont fait mal dans l'enfance puis se consoler en se disant que de toute manière on y est pour rien. La colère et la peur sont les émotions négatives que je crains le plus. Je n'ai pas encore eu le courage de faire cet exercice car il faut encore que je fasse remonter à la surface toute cette rancoeur du passé qui n'est pas encore évacuée. Pourquoi ? Parce qu'à chaque fois je pense au passé çà me rend malade.
Bien sûr que le poids est un risque même pour une simple opération dentaire : celle ci a failli vous coûter la vie. Je pense qu'il n'y a pas assez de recul en France pour tout çà. On ne maîtrise pas assez les riques opératoires même pour une simple opération. Et je peux même vous dire que le coeur en plus de l'apnée a dû mal à supporter la dose anesthésique du poids que l'on fait de 3 personnes. Rien que çà c'est un risque.
A la Salpétrière, ils ont été clairs depuis le début, trop de poids avec apnée, je suis inopérable pour n'importe quelle opération. De ce côté, ils n'ont pas eu tord mais ce n'est pas le discours d'il y a quelques années où on opérait les obèses à gogo. C'est terminé tout çà. Quand j'entends des gens qui font le poids que j'ai fait et qui me disent avoir eu le feu vert pour une opération (pers avec TCA ou sans TCA peu importe) je les préviens du danger. Et je leur demande toujours où et par qui ils ont eu ce feu vert. Car pour moi c'est irresponsable compte tenu du risque opératoire que vous même avez subi peu importe la nature de l'opération.
J'en ai pleuré de ne pas avoir eu le feu vert de l'opératoire dans laquelle je portais tout espoir de nouvelle vie mais ce n'est pas que çà. Comme vous l'avez si bien dit, la maladie c'est aussi apprendre à sortir de l'isolement, à reprendre goût à des loisirs, à se faire des connaissances ... Certes l'opération redonne confiance en soi grâce à la perte de poids mais c'est tout. Et le TCA là dedans, et lui il est en sommeil jusqu'à ce qu'un jour il refasse surface. Est plus mince c'est bien mais il faut gérer l'après, l'image de soi... et çà peut créer un choc qui certaines personnes voire même un divorce chez des personnes en couple. Et puis c'est toujours pareil ce n'est pas une baguette magique mais une sécurité. Sauf que si on force sur cette sécurité, elle finit par céder. De plus il n'y a aucune étude scientifique au delà de 10 ans pour savoir si çà reste. Au bout de 5 ans, les personnes sont censées reprendre du poids une douzaine de kilos. Quand je suis allée faire mon bilan à la Salpétrière, c'est un mec opéré de 5 ans qui m'a dit que les gens croient que c'est la baguette magique mais non, lui même a repris 12kg.
De mon côté, je pense à tout ces effets indésirables dont la malabsortion des aliments, prendre des cachets à vie, çà ne m'enchante pas du tout. C'est la peur de la rechute qui m'oriente vers ce choix si je viendrais à le prendre. Là j'ai demandé 6 mois de sursis de décision car je veux encore avancer sur la psy.
Donc oui vous avez raison pour l'opération c'est du risque qui peut mal tourné et qui n'est pas forcément LA solution.
:ct: Demain c'est Halloween.
Merci pour votre fidélité et votre aide précieuse.
hyperphagiecompulsive

Me suis trompée, je voulais dire malabsortion des médicaments au lieu des aliments (quoique ces derniers peuveut également être malabsorbés)
:so:

0 appréciations
Hors-ligne
Mais je vous en prie,je suis content de partager avec vous.Je trouve agréable de pouvoir parler librement,avec quelqu'un qui sait de quoi il retourne.Je me retrouve beaucoup dans vos écrits,nos parcours se ressemblent en éffet.
Pour en revenir à la chirurgie,comme je dit,ce n'est en éffet pas une solution.Et j'en ai un éxemple concret:mon père.Lui aussi à des problèmes de poids et s'est fait opéré,mais ça l'à rendu malade plus qu'autre chose.Et il y en à pour qui ça n'à pas marché.
Et puis,je crains un peu ce qui n'est pas naturel.D'autant que dans nos cas,la cause est psychologique,non physique.Si vous parvenez à guérir la cause,l'éffet se dissipera de lui même.
Enfin,même si ça vous fait mal sur le coup,je pense qu'il faut que vous écriviez votre colère,relachez la,ne la gardez pas en vous.Au début ça fait mal,un peu comme une mauvaise dent qu'on arrache...Mais après,la douleur passée,il reste du soulagement.
Ou bien tentez autre chose,je ne sais,certains crient,d'autres cassent,chacun à sa technique pour se libérer.
Moi je me contente d'écrire.Personne autour de moi ne le sais.Ils ne comprendraient pas,pour eux,un homme c'est fier et fort.Un homme ne pleure ^pas."Si tu souffres,souffres en silence"la seule chose que l'on m'aie apprise....Bien obligé d'avoir un échappatoire quelqu'onque...N'empêche,quand on a vécu ce que j'ai vécu,ça aide.
Mais peu importe,le passé est derrière.Moi,je regarde devant,maintenant.Ce n'est pas rose tous les jours,parfois c'est même noir.Mais je ne reculerais plus.Il faut avancer pour soi.
En attendant,bah,je vous souhaite un "frissonant" Halloween.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
lilo

Bonjour,
je suis tombée par hasard (en fait, peut etre non...je viens de manger tout ce que je pouvais trouvé dans ma maison...)sur ton site, et merci de m apprendre ce nouveau mot: hyperphagie. En fait, je peux enfin mettre un mot sur mon attitude que j ai envers la nourriture. Je pensais que je n'avais pas de réel problème (car je n ai pas les symptome d'une boulimique étant donné que je ne me fais pas vomir), mais en fait, j ai les symptome de l hyperphagie. C'est horrible!!!!je ne sais plus quoi faire!j ai essayé d en parler a mon copain, mais il ne prend pas ca au sérieux. Je ne sais pas quoi faire...pendant quelques jours, j arrive a mangé normalement, et après, je craque, et je mange tout ce que je trouve...Après je me sens tellement mal, mal dans mon corps, stupide d avoir fait ca, et je me dis: c est la dernière fois!mais, c'est jamais la dernière fois...est ce que j arriverai a m en sortir seule?car je ne veux pas aller chez un médecin!est ce que ce n est qu une question de volonté???

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir.Alors,non,en fait,la volonté ne suffit pas.Mais c'est l'élément éssentiel.Vous avez pris conscience du problème et c'est un pas en avant.La nature du problème est d'ordre psychologique car cette maladie est liée à notre passé,à un état dépressif.Quelque part,vous devez ressentir un mal être,c'est celà qu'il faut impérativement identifier.Il faudra ensuite accomplir un travail psychologique de longue,très longue haleine.Mais pour ça,vous n'y parviendrez pas seule,vous devez obtenir du soutiens,d'abord de votre compagnon,ensuite de votre entourage.Et puis vous avez ce forum,ou vous pouvez vous confier,nous sommes à votre écoute et tout disposés à vous aider.Pour ma part,je souffre aussi de cette maladie,et je suis bien heureux d'avoir découvert ce forum.Je peux enfin laisser échapper les mots.Cela soulage.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonsoir John, merci pour votre commentaire.
En effet le psychologique joue beaucoup c'est pourquoi ne plus faire ou faire moins de crises ne signifie pas qu'on est guéri(e). Ce n'est qu'une étape. Ensuite effectivement il y a tout ce travail psy à faire pour sortir du schéma qu'on s'est créé pour se protéger. Et là, c'est le plus long et le plus fatiguant.
Et je suis bloquée à cette étape. Je suis d'accord qu'à force de parler que ce soit sur le forum entre autre, on arrive ensemble à mettre des mots sur ce mal-être permanent sans avoir à nous caractériser automatiquement de gros bouffeur sans volonté. Ca n'a rien à voir et çà me fatigue ceux qui se permettent de vous juger en 10 secondes alors qu'il ferait mieux de se regarder dans un miroir tellement leur âme est moche (je parle de l'entourage). Quelquefois je me dis que mieux vaut être malade et comme on est plutôt que d'être comme certaines personnes tyranniques, qui font le procès des autres alors qu'ils ne savent et comprennent rien à ce qu'on endure tous les jours en permanence. Ces gens là ne sont pas à plaindre. Mais çà m'énerve tellement. Comment s'intégrer parmi des gens qui au premier regard vous juge comme un ou une moins que rien. Je regrette je préfère rester seule que d'être avec des cons pareils. Disons que l'affectif est la faiblesse due au schéma d'abandon. Il est compliqué d'avoir à s'attacher à quelqu'un qui n'en vaut pas la peine car dès que je m'en rend compte, c'est bien trop tard, ces conneries me font faire des crises. Alors ce week je vais parler au psy et lui dire ce que je pense. Qu'il me demande de me trouver des connaissances. Oui mais je m'attache trop vite aux gens, après je suis trop déçue car je pensais que la personne était moins conne et après je ressens cet abandon. Pour combler ce vide, cet automatisme de bouffe me poursuit. Alors non je ne suis plus d'accord avec çà. Je vais faire la guerre au psy car je refuse de rechuter à cause des cons qui n'en valent pas la peine.
Voilà, j'en suis là en ce moment, je dois me faire des connaissances mais comme je le disais soit les gens viennent vous voir par intérêt (oh comment t'as fait pour maigrir etc alors qu'ils n'ont aucun poids à perdre) avec leur phrase assassine avec un quotient intellectuel à moins 50 et un âge mental (pour les moqueries) de 2 ans. Qu'est ce que vous voulez que j'aille foutre avec des gens pareils qui ne comprennent rien. Franchement je préfère rester coucher chez moi à voir les séries sur l'ordi en DVD. Si vous savez à quel point çà me fatigue tout çà...

0 appréciations
Hors-ligne
Je suis 100% d'accord avec vous,on se fiche de nous.Dans tous les domaines;on nous juge d'emblée.Y compris proffessionellement,je n'ai pas de travail à cause de ça.On m'as même rit au nez quand je me suis présenté dans une boite.Le fait d'être gros,tout de suite,les gens pensent qu'on est bon à rien, qu'on ne fait que manger,ils ne savent pas,ils ne comprennent pas....Moi je préfère finalement rester avec moi même.Surtout en ces temps,je ne supporte plus les gens,je dirait même que j'ai de la haine.Et au fond,je ne doit pas être le seul.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

COMPLETEMENT D'ACCORD AVEC VOUS

Il faut sortir de l'isolement ok. Mais c'est juste ce que vous dites : déjà pour le travail, je ne mets jamais ma photo pour que l'on me juge que sur mon CV. Et j'ai toujours été contactée sauf que dès l'arrivée à l'entretien, boum, immédiatement je sais que l'on ne prendra pas car on a jugé mon physique et non mes capacités pour le poste. Donc oui, il y a sélection physique et pour çà il faut rentrer dans le moule. Sauf que je ne peux pas rester chez moi sans travailler car çà augmente mes crises. Les seuls à vous accepter sont les boulots que personne ne veut faire car trop de pression : celui de téléconseillers entre autre. Ce genre de boîte permet de faire travailler les personnes exclues que ce soit les gros mais aussi les personnes victimes de racisme. On peut dire que dans le monde du travail c'est également du racisme envers les gros pour la majeur partie des boîtes. Toutefois comme je le disais, certaines boîtes accepte tout profil mais à des postes de type plateforme téléphonique. C'est ce que je fais. Qui voulez vous qui m'embauche avec 11kg de plus que vous au départ ? Pourtant ce n'est pas faute d'avoir eu des entretiens sur toute la France à des postes en rapport direct à mon profil de poste.
Le fait de plus pouvoir supporter les gens, c'est ce que je disais dans mon précédent post très remonté sur les gens. Ce qui est énervant c'est qu'il faut rompre l'isolement :
- en travaillant mais on nous accepte pas ou dans peu de boîtes du coup beaucoup de personnes obèses ne travaillent pas. Pourtant on a un niveau d'exigence et de perfectionnisme hors du commun, on est capables de donner le meilleur à un poste (enfin pour ma part)
- en se faisant des relations : oui mais avec qui ? Je ne vois personne d'intéressant dans mon entourage susceptible de dire que wouais on fais plein de trucs... Il faut dire que je viens de province dans une grande ville où je ne connais personne. C'est pas comme ci j'avais mon amie à portée de main tout le temps.
Donc c'est bien marrant nous dire çà mais tout le monde nous rejette donc on fait quoi, on s'isole encore plus !
J'ai une place de cinéma à retirer ce week end sinon elle sera périmée, rien que de savoir que les gens vont encore ricaner en me voyant çà me donne même pas envie d'y aller. Ca me dégoûte certaines fois et çà m'arrive de m'ennuyer encore plus que chez moi.
Moi je dis que si on arrive à trouver un équilibre avec ce que l'on a pour le moment on doit fonctionner comme çà. Après si tout va mieux et qu'on trouve des gens qui en valent vraiment la peine, ok. Mais çà ne coure pas les rues !
Non mais je vais le dire au psy moi je ne peux pas parler à des gens avec lesquels je n'ai aucun rapport ni aucun intérêt c'est pas possible, çà me stresse, çà me fait chier et ils sont inintéressants et nuls.
Je ne marche pas dans cette combine. Avançons à notre rythme après on verra. Comme je le dis, le poids est un frein comme si on avait la peste. Si on va mieux de ce côté, les choses aussi peuvent aller mieux au niveau des relations. Du moins je pense ... jamais être déçue encore une fois !

0 appréciations
Hors-ligne
C'est la vérité,hélas,il y à discrimination.Bien sur,avec mon poids je n'ai pas le même rendement,je suis plus lent,c'est dur.Mais je fournis un travail de qualité.Malheureusement ils ne prennent même pas la peine de nous faire faire un éssai....Come vous dites,en nous voyant,ils ont déjà pris leur décision...Il y en à même eu un qui m'à rit au nez en me disant"mais tu crains pas de suivre".Super!
Mais,voyez,j'ai vu la bêtise,la stupidité,la méchanceté des gens.Et je prend celà comme un défi,la hargne,la volonté de se dépasser.Je suis à 100 à l'heure,je me défonce.Et je peux les regarder de haut.
Leur débilité m'énerve,c'est tout.J'éssaie de trouver des gens de qualité,qui valent la peine.Ils sont éxtrêmement rares.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toi Lilo, je me suis reconnue beaucoup dans ton message. Tu vois moi aussi mon copain fait mine de rien. Il m'arrive souvent de manger tout ce qui se trouve dans la maison et chaque fois je me dis ok, bon la tu le fais parce que tu flanches mais il n'y aura pas de prochaine fois. La prochaine fois tu vas résister à l'envie. Ensuite je culpabilise. Je me mets à capoter. À me dire qu'il faut vraiment manquer de volonté dans la vie pour ne pas y parvenir.. et la je pioche je pioche et je pioche sur ma tête. J'ai même demandé à mon marie de sortir la pesé de la maison de la cacher et de ne pas me la donner peu importe si je ''petais une coche'' ou pas. Alors accroche toi, seul le temps selon moi peut nous aider mais je crois aussi que d'avoir réaliser le problème est un grand pas. Maintenant d'en parler est un deuxième grand pas. Un pas à la fois nous y parviendrons. Il faut y croire peu importe le nombre de rechute. Ce qui m'aide c'est de ne pas conter les rechutes mais de conter les fois ou j'arrive à ne pas m'empiffrer.

John, je te félicite pour ta volonté à l'entrainement. Je n'ai pas cette volonté. Je suis plutôt du genre à me regarder dans le miroir me trouver grosse et aller bouffer pour me consoler... :( et ensuite évidement je vais dormir pour oublier ce que je viens de faire... bref tout ça ensemble = prise de poids et plus de crises.. mais j'ai espoirs qu'un jour j'y parviendrai.

Hyperphagiecompulsive, je te félicite pour ta perte de poids. Je sais que cette perte ne règle pas le problème à la base mais sa fait du bien. Selon moi c'est à ce moment qu'il faut réaliser qu'on reprendre le dessus car si il y a plus d'effet yoyo et qu'on arrive à survivre aux crises, il y a automatiquement perte de poids. Alors bravo à toi.

Stefy
StefyGraf

0 appréciations
Hors-ligne
Bonsoir,Stefy.

Tout d'abord,bienvenue C'est bien de venir parler,les problèmes que vous évoquez sont les même pour tous,et c'est en en parlant que nous pouvons éspérer les régler.Toutefois,lorsque vous dites"seul le temps peux nous aider";je ne suis pas d'accord,avec le temps,on ne fait que s'enfoncer plus profondément encore dans ce cercle vicieux.La volonté d'en sortir est en ce sens,décisive.
je vous cite:
"John, je te félicite pour ta volonté à l'entrainement. Je n'ai pas cette volonté. Je suis plutôt du genre à me regarder dans le miroir me trouver grosse et aller bouffer pour me consoler... :( et ensuite évidement je vais dormir pour oublier ce que je viens de faire... bref tout ça ensemble = prise de poids et plus de crises.. mais j'ai espoirs qu'un jour j'y parviendrai."
Je vous remercie tout d'abord,un encouragement est toujours bon à prendre car la voie est dure.....Mais je voulait vous dire aussi que vous pouvez l'avoir,cette volonté,moi aussi,j'ai longtemps été comme vous dites,je n'avait pas le courage.Mais,ça,personne ne peux vous le donner,ça doit venir de vous.On l'a tous,mais parfois,il faut quelque chose pour le libérer.Moi,je me suis libéré cette année,j'ai vécu quelques semaines sans abri,à la rue.En quelque sorte,ça m'à remis sur le droit chemin.
Non pas que je n'aie plus de crises,loin s'en faut!Mais je travaille à les diminuer.Et SURTOUT,SURTOUT!LE plus important!C'est de DEDRAMATISER!
Notre problème,c'est le sentiment de culpabilité que l'on éprouve ensuite,le remords.Je crois que c'est ce facteur qui entraine d'autres crises,un état de j'm'en foutisme.Il faut donc apprendre à ne pas dramatiser lorsque on fait une crise.Acceptez le!Se dire"tant pis pour cette fois,c'est la dernière"ça ne marche pas.Nous devons avoir conscience que nous ferons d'autres crises,c'est la que nous devons nous dire que ce n'est pas la fin du monde;à force de se mettre dans cet état d'ésprit,les crises diminuent,en nombre et en intensité.
Enfin,il nous faut trouver la cause,ce qui fait que....se purger de son passé,éxpulser nos propres démons,c'est le plus dur.Il y faut beaucoup de courage.Mais nous sommes la pour en parler,et celà fait beaucoup de bien.

Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Bonsoir,
Je suis d'accord, il faut apprendre à dédramatiser et à penser positif. Car on a tendance à ne voir que le côté négatif qui prime sur tout. Le seul truc positif de la journée passe inaperçu en raison des pensées négatives permanentes.
Il faut continuer à s'exprimer car le fait d'en parler soulage et aussi çà peut motiver surtout on ne sent pas seul(e) dans la même situation car on se reconnaît dans le vécu de chacun.
Le fait que ce soit anonyme pour celles ou ceux qui le souhaite çà permet de dire ce que l'on a sur le coeur voire de cracher le morceau qui nous empoisonne et qui nous rend malade.

0 appréciations
Hors-ligne
L'anonymat facilite les choses,c'est certain.Moi,ça me permet de dire pas mal de choses,des choses que j'ai sur le coeur mais que je n'oserais pas dire autrement.Ici,je me fiche pas mal de ce que l'on en pensera.Peu importe,je parle davantage pour moi que pour quicquonque.
Ihrer Truppe aber können Sie keinen anderen Weg zeigen als den zum Siege oder zum Tode;

Vous ne pouvez montrer à vos troupes d'autres voies que celles de la victoire ou de la mort.
hyperphagiecompulsive

Sans souci pour moi :pointex:



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres