COMBAT CONTRE L\' HYPERPHAGIE COMPULSIVE


Je sors du placard!

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour, j'ai 26 ans je suis mère de 2 enfants et mariée depuis 6 mois.

Je décide de sortir du placard. Chose difficile je vous avoue. Ma famille est au courant de mon trouble mais mon marie dit que je ne suis pas boulimique... Cela me met en rogne! J'admets que ça ne va pas, je lui dit que je dois faire quelque chose pour que cela change et lui de son côté nie mon problème. Ma mère quant à elle est très consciente de ce qu'il se passe mais elle a été témoins malgré moi d'une de mes crises. Alors cela a p-e apporté un côté concret pour elle.

Je suis trouble de personnalité limite boulimique sans vomissement. Je suis consciente de ma boulimie depuis maintenant 3 ans. Soit depuis la naissance de mon fils! Je me suis mise à prendre du poids après ma grossesses jusqu'au jour ou j'ai frappé le 170 lbs sur 5 pied 1 . Je sais que j'ai perdu du poids depuis cette claque dans le visage mais je n'ai que perdu 10 lbs et des fois celà se rend à 20 et reviens à 10... bref la fameuse effet yoyo qui me rend encore plus malheureuse. Avant ma première grossesse je pesais 100 lbs. Après ma grossesse j'ai réussie a tout reperdre sauf 15 lbs mais qui bien franchement n'était pas de trop. Donc 115 lbs avant ma 2e grossesse. Après mon accouchement je pesais 130 lbs et souhaitais en perdre que 10. Malheureusement j'en ai pris 40.

Je suis actuellement en essaie de ne pas manger!... Alors j'ai décidé de me lancer et de faire quelque chose qui pourrait peut-être m'aider c'est à dire partager ce qui m'arrive plutôt que d'aller m’empiffrer. Il est 4h am et je n'arrive pas à dormir, je me suis réveillé à 23h30 parce que j'avais faim!... J'ai manger quelques biscuits (6) et depuis j'essaie de résister à continuer de manger mais cela m’empêche de dormir. Je suis épuisée pourtant.

Alors voilà en souhaitant pouvoir vous aider et m'aider en même temps.


StefyGraf
hyperphagiecompulsive

Bonjour,
Vous êtes plusieurs à avoir relaté le fait d'avoir pris du poids après les grossesses voire d'avoir des compulsions alimentaires. A voir avec le médecin si elles sont liées aux hormones ou autre.

Sinon plus vous essayerez de contrôler la situation et donc le poids pour une alimentation type régime moins vous y arriverez et vous allez entrer dans le système du yo-yo incessant.

Mieux vaut manger à sa faim même si c'est la nuit. Ca fait rien. Au contraire si la faim se manifeste à plusieurs reprises dans la journée, çà veut dire qu'aux repas, vous ne mangez pas à votre faim. Essayez de repérer voire de noter à quelle heure vous avez faim, ce que vous avez mangé (pour voir si vous avez mangé à votre faim et satiété). Pour votre mari et mère, pour eux c'est compliqué d'accepter si vous êtes hyperphage. Toutefois je serais vous, j'irais voir le médecin afin de faire un bilan de santé et voire au niveau hormonal si tout est en ordre.

Il ne faut jamais essayer de ne pas manger car après ce sera pire. Vous allez entrer dans des crises de compulsions suite à la restriction alimentaire du jeûne. Non çà je vous déconseille sincèrement. Et je parle en connaissance de cause car pour moi qui ait fait également de l'anorexie, le jeûne était une fascination menant dans un état d'extase. Sauf que niveau santé, il n'y a rien de pire ! Et çà mène droit à des semaines de crises pour rattraper tout ce que vous n'avez pas mangé pendant la période de jeûne. Donc non à déconseiller vivement !
Il faut manger de tout tranquillement. En plus vous avez les enfants, essayez de sortir, marcher ou jouer avec eux. Je crois que vous êtes au Canada ?
Donnez nous de vous nouvelles, essayez de prendre rdv avec votre médecin pour le diagnostic.

0 appréciations
Hors-ligne
Salut hyperphagiecompulsive

merci pour votre réponse. Cela fait du bien de savoir qu'on est pas seule.

Je tenterai de faire ce que vous me conseillé malgré qu'une nutritionniste m'avait conseillé de retarder le moment ou je me garoche dans la nourriture.

Je suis actuellement en dépression ce qui joue sans doute dans le lot. Je prends du prozac 40 mg mais mon Dr qui me suit au 2 mois penses que sa ira à 60 mg. Elle est tout à fait au courant de mon trouble alimentaire. Dailleur c'est en grande partie pour cela qu'elle ma prescrit le prozac qui fait un effet sur moi merveilleux. Cela mon mari le voit!! :P Je suis en dépression depuis 4 ans suite à une fausse couche entre mes deux enfants. Ma Dr dit que elle ne m'avait pas vu rire depuis 10 ans alors elle est très heureuse qu'aujourd'hui je rie même si ce n'est pas tous les jours je m'accroche à ces journées ou je suis mieux.

En bref j'ai été diagnostiqué en 2007 pour mon TPL et en 2011 pour ma boulimie sans vomissement. Je suis suivie avec une psy que je vois une fois par mois. Cependant d'ici janvier je ne la reverrai pas. Disons que j'ai très hate de la revoir. Cette rencontre un fois par mois m'aide à faire le point.

Mon rapport avec la nourriture est vraiment conflictuelle et je trouve cela pénible. J'aime le gout de la nourriture, j'aime la sensation à l'intérieur ( le vide qui se comble ) et lorsque je mange je mange jusqu'à ne plus pouvoir en ingérer d'avantage car j'ai mal au coeur. Je ne fais plus à manger et je haie mon frigo.
Je ne vais plus souper au restaurant ou chez des amis car lorsque j'ivais je me retiens de ne pas me monter une facture de fou ou bien d'avoir l'air d'une fille qui n'a pas manger depuis des lustres.

Je suis effectivement du canada plus précisément du québec.J'attends l'hiver avec impatience car c'est la saison ou je sors le plus de chez moi. Cacher sous mon ensemble de neige... je peux m'amuser dehors avec mes enfants dans la neige. Mais comme rien n'est parfait avec l'hiver vient Noël et vient la prise de poid relier au fait que je ne saurai me retenir de m’empiffrer dans les repas de Noël... bon cela suffie je me trouve très négative je ne me relirai pas car je risque de me piocher sur la tête après. Sur une note plus positive j'ai fait mon sapin de Noël et mes déco de Noël ce soir. En me changeant les idées je n'ai manger que quelques chips avec salsa et 2 toasts au fromages. Je suis contente :D
StefyGraf
hyperphagiecompulsive



Attention au nutritionniste qui te dit de patienter pour ne pas faire de crises. Oui c'est bien exact, au bout de 20mn tu peux arriver à relâcher la pression mais ce n'est qu'un effet. Car les crises peuvent se différer. Donc ce n'est pas parce que tu as réussi à passer une crise qu'elle ne reviendra pas. Au contraire, parfois celle d'après c'est pire ! Si tu as la pulsion de faire crise, eh bien fais la. Mais en parallèle il faut essayer de se poser des questions. Je sais c'est très compliqué car les crises ne permettent pas d'être dans état normal car on ne contrôle rien.

Il faut essayer de se demander quand le stress de crise monte voir quand le début de crise commence : pourquoi je fais cette crise et à quoi elle va me servir ? Il faut le noter sur papier. Au début, c'est pas facile, il m'a fallu au moins 3 mois pour arriver à faire çà. Puis une fois que tout a tout noté (si tu fais ta crise, tant pis), tu reprends ce que tu as noté et tu indiques les pours et contre de cette crise. Et noter la solution, comment tu aurais agi sans cette crise. C'est pour te faire comprendre que les 3/4 de temps tu n'as pas besoin de cette crise pour régler problème, tempérer une émotion ou un stress...
C'est du boulot, oui et en plus c'est fatiguant car il faut déconnecter un coup instant du rituel de crise pour pouvoir noter çà. Et petit à petit les crises s'estompent voire cessent. Car tu commences à être lucide et te rendre compte que tu n'as pas besoin de ces crises.
Voilà pour moi, j'ai pratiqué cette méthode si çà peut t'aider.
Attention au prozac car à la dose que tu décris, çà a effet normalement de stopper les compulsions alimentaires sauf que c'est magique au début mais après çà ne fait plus rien. Moi aussi j'ai pris ce traitement que j'ai arrêté car l'effet placebo de la magie du début de prise n'a pas suffi. En parallèle j'étais encore plus angoissée et mes crises qui s'étaient rarifiées sont finalement toutes revenues voire empirées.
Après chacun voit avec le médecin mais c'est très bien d'avoir déjà le diagnostic médical. Au moins tu sais où tu en es au lieu de tourniquer en rond à savoir ce que tu as.
Voir le psy 1 fois par mois, ce n'est pas assez. Il faut au moins 1 fois par semaine voire 2. L'essentiel du problème vient du psychique et non de la diététique (alors que j'ai longtemps cru que c'était l'inverse). C'est pourquoi çà ne sert à rien de faire régime et laisser à côté le psy. Il faut faire l'inverse.
Enfin c'est un conseil d'après mon vécu de tant d'années de TCA et d'autant de régimes et de rechutes fulgurantes avec des pertes et prises de poids hallucinantes.
Il faut que vous notez tout ce que vous avez sur le coeur sans tabou quitte à ne pas se relire, tant pis. Ca m'arrive de ne pas me relire non plus.
Pour la note positive, c'est très bien.
Québec c'est grand ? Il faudrait voir si vous pouvez trouver, bien sûr si vous le souhaitez, une thérapie de groupe où vous pouvez parler avec les autres. C'est le plus efficace. Essayez de voir si çà existe vers chez vous. En France, comme je le fais actuellement je suis suivie à l'hopital en cellule spécialisée TCA. Essayez de chercher s'il n'existe pas ce genre de prise en charge. J'ai vu que la Canada était bien placé sur plusieurs articles liés à la boulimie. Je pense qu'il peut y avoir ce genre de structure qui peut vous aider.
On ne peut vous reprocher l'envie de vouloir s'en sortir, c'est déjà une bonne étape et je vous félicite pour çà et pour la note positive quotidienne. De mon côté j'ai pas encore eu le temps de de le faire car j'ai pleins d'exercices à faire avec la thérapie cognitive et comportementale qu'on ne peut pas tout régler en même temps. Mais çà viendra.
Tenez nous au courant.
hyperphagiecompulsive

J'ai trouvé çà si vous souhaitez voir :

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE D’AIDE AUX PERSONNES SOUFFRANT D’ANOREXIE NERVEUSE ET DE BOULIMIE (ANEB)Organisme à but non-lucratif qui assiste les personnes affectées directement ou indirectement par un trouble de comportement alimentaire. L’organisme offre une ligne d’écoute et de référence, des groupes de soutien fermés et ouverts, des cours-ateliers pour les familles et proches et des activités de prévention.

Personne responsable : Madame Josée Champagne
114, avenue Donegani Pointe-Claire Québec H9R 2W3
(514) 630-0907
(800) 630-0907
[lien]


CLINIQUE BACA
Clinique multidisciplinaire privée qui offre des services externes personnalisés pour les personnes aux prises avec des problèmes de conduites alimentaires, telles que l’anorexie mentale, la boulimie et les compulsions alimentaires. L’équipe clinique est composée de psychologues, nutritionnistes, travailleurs sociaux et de médecins.

Un programme de deux jours de formation pour professionnels est également offert à la fois sur place et à l’extérieur.

Personne responsable : Madame Tania Lemoine
1851, rue Sherbrooke est – Bureau 903 Montréal Québec H2K 4L5
(514) 522-9023
[lien]


Argyle Institute of Human Relations
Organisme à but non-lucratif qui offre les services de psychothérapie aux adultes, aux couples et aux familles à des tarifs ajustés au revenu familial.

Personne responsable : Madame Maria Luisa Alejos
4115, rue Sherbrooke Ouest – 5e étage Montréal, Québec H3Z 1K9
(514) 931-5629
[lien]


CENTRE DES FEMMES LES UNES ET LES AUTRES
.Organisme de bénévoles qui soutiennent les femmes dans leur démarche de croissance personnelle. Ateliers de groupe et thérapies individuelles pour les personnes souffrant d’un trouble alimentaire.


Personne responsable : Madame Louise St-Amant
741,rue Mgr Dubois St-Jérôme Québec J7Y 3X2
(450) 432-5642
[lien]


CENTRE HOSPITALIER DE L’UNIVERSITÉ LAVAL –
PROGRAMME DES TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES (PITCA)

Centre hospitalier qui offre un programme complet spécialisé dans les traitements des troubles des conduites alimentaires. Le programme s’adresse aux personnes âgées de 18 ans ou plus et doivent résider dans la région de Québec.


Personne responsable : Madame Carole Ratté
2705 boul. Laurier (RC 157) Sainte-Foy Québec G1V 4G2
(418) 654-2121
[lien]

Centre hospitalier de l’Université de Sherbrooke
Centre hospitalier qui offre les services d’évaluation, de suivi individuel et de thérapie de groupe. Les personnes doivent être âgées de 18 ans et plus. Une référence médicale est nécessaire.


Personne responsable : Monsieur Denis Morrison
580, rue Bowen Sud Sherbrooke Québec J1G 2E8
(819) 346-1110
[lien]

CLINIQUE PSYCHOALIMENTAIREOrganisme privé qui offre des suivis individuels et de groupe pour les personnes aux prises avec des troubles de comportements alimentaires et de l’obésité.

Personne responsable : Madame Josée Guérin
470, Chemin Grande Côte Rosemère Québec J7A 1L6
(450) 621-8064
[lien]

EKI-LIB SANTÉ CÔTE-NORDOrganisme à but non lucratif, situé à Sept-Îles, qui intervient auprès de personnes atteintes de troubles de conduites alimentaires et de problèmes d’obésité ainsi qu’auprès de leurs proches.

Personne responsable : Madame Josée Pelletier
466, rue Perreault Sept-Îles, Québec G4R 5C7
(418) 968-3960
[lien]


ÉQUILIBREOrganisme à but non lucratif qui favorise la prévention et la diminution des problèmes reliés au poids et à l’image corporelle par l’élaboration d’action de sensibilisation et la conception des programmes et d’outils éducatifs.

Personne responsable : Madame France Thouin
7378, rue Lajeunesse – bureau 315 Montréal Québec H2R 2H8
(514) 270-3779
[lien]

FONDATION BACA
Oeuvre de charité, composée de professionnels multidisciplinaires et de bénévoles, qui vient en aide aux personnes affectées directement ou indirectement par un trouble de comportement alimentaire. La Fondation offre une ligne d’écoute et de références, des ateliers de témoignages mensuels, un programme de parrainage, un groupe psycho-éducatif sur la nutrition, des repas supervisés, ainsi que des suivis individuels à coûts modiques. Des programmes intensifs pour adolescents et pour adultes sont en développement.

Personne responsable : Madame Tania Lemoine
1851, rue Sherbrooke est – Bureau 903 Montréal Québec H2K 4L5
(514) 524-5000
(888) 822-9023
[lien]


GROUPE ANOREXIE ET BOULIMIE (GABO)
Organisme communautaire qui offre des services de thérapies de groupe hebdomadaires.


Personne responsable : Madame Odette Des Gagnés
92 boul. St-Raymond Gatineau Québec J8Y 1S7
(819) 760-6769
[lien]

HÔPITAL DOUGLASCentre hospitalier qui offre une programme complet spécialisé dans le traitement des troubles alimentaires tel qu’ un suivi externe, un programme de jour, un programme résidentiel et un programme de recherche. Les services sont offerts aux personnes de 18 ans et plus et une référence médicale est nécessaire.

Personne responsable : Madame Hélène Gauthier
6605, boul. Lasalle Verdun Québec H4H 1R3
(514) 761-6131 poste 2895
[lien]

HÔPITAL GÉNÉRAL DE MONTRÉAL –
CLINIQUE DE THÉRAPIE DU COMPORTEMENT COGNITIF

.Organisme privé qui offre les services de thérapie individuelle aux personnes souffrant d’obésité ou de boulimie à des tarifs ajustés au revenu familial.


Les services sont offerts aux personnes âgées de 16 ans et plus.

Personne responsable : Monsieur Michael Spevack
(514) 485-7772


HÔPITAL ST-LUC –
CENTRE DE SANTÉ MENTALE COMMUNAUTAIRE

Centre hospitalier qui offre les service de thérapie individuelle et de thérapie de groupe. Une référence médicale est nécessaire. Les services sont offert aux personnes âgées de 18 ans et plus.

Personne responsable : Monsieur François Provost
(514) 866-6974

MAISON DE TRANSITION L’ÉCLAIRCIE
Organisme communautaire, situé dans la ville de Québec, qui offre des services de ligne d’écoute téléphonique, de rencontres individuelles et de rencontres de groupe auprès de personnes qui souffrent d’un trouble alimentaire ainsi qu’à leurs proches.

Un programme d’hébergement est en développement.

Personne responsable : Madame Marlène Duchesne
1100 Route de l’Église Sainte-Foy Québec G1V 3V9
(418) 650-1076
(866) 966-1076
[lien]


MAISON L’ÉPERVIER
La mission que s’est donnée la Maison L’Épervier est d’apporter un soutien à la désintoxication de toute substance, ainsi qu’accompagner les personnes dans le sevrage complet des médicaments par la méthode de paliers.

La Maison offre la thérapie biopsychosociale et cognitive comportementale afin de traiter toutes les problématiques à la base.

820, rue Luc
Saint-Alphonse-Rodriguez
Québec, Canada
JOK 1W0

Téléphone : (450) 883-6964
Télécopieur : (450) 883-1999

[lien]
[lien]


NATIONAL EATING DISORDER INFORMATION CENTER (NEDIC)
.Organisme à but non lucratif qui offre des services de références, d’informations et de support aux personnes touchées par les troubles de l’alimentation.

NEDIC
200, Elisabeth Street Toronto Ontario M5G 2C4
1(866) 633-4220
[lien]


OUTREMANGEURS ANONYMES
Association d’hommes et de femmes qui partagent leur expérience personnelle, leur force et leur espoir dans le but de se rétablir de la compulsion alimentaire.

Pour réunions dans la région de Montréal : 1 (877) 509-1939
[lien]

UNITÉ DES TROUBLES ALIMENTAIRES DE L’UNIVERSITÉ MCGILL

Centre hospitalier qui offre des services de diététistes, psychologues et travailleurs sociaux . Ces services sont offerts gratuitement aux étudiants de l’université McGill seulement.

Personne responsable : Madame Cindy Bois
(514) 398-2566
[lien]


hyperphagiecompulsive

C'est par une liste de contacts comme celle ci que j'ai trouvé l'hopital au sein duquel je suis soignée.
Bien entendu les frais de soins sont importants et je veux bien comprendre qu'au Canada ils sont très onéreux car comme les States. Si vous n'avez pas forcément les moyens financiers, je serais vous, je commencerais par contacter :

les outremangeurs anonymes
Ce qu’il faut savoir avant votre première réunion :

L'accès aux réunions est libre et gratuit. On s'y rend directement, sans prendre rendez-vous. Elles ont lieu toutes les semaines et certaines sont réservées exclusivement aux personnes qui reconnaissent avoir un problème de compulsion alimentaire.

Néanmoins, certaines réunions sont dites « ouvertes » aux visiteurs, c'est à dire accessibles à tous les membres accompagnateurs qui désirent en savoir plus sur la maladie de la compulsion alimentaire. Quelqu’un sera là pour vous accueillir. Une seule exigence : ne pas dévoiler à l'extérieur le nom des membres des OUTREMANGEURS ANONYMES présents.

Le nouveau venu en particulier peut y inviter son conjoint, son médecin ou des amis : leur compréhension du programme de rétablissement peut être un facteur important dans l'aide qu'ils lui apporteront pour atteindre et maintenir une alimentation normale.

N'hésitez pas à appeler pour obtenir des renseignements sur l'association OA.
Si vous avez besoin d'aide : 514 490-1939 ou 1 877 509-1939

Intergroupe OA anglophone de Montréal
17 rue Lalonde
Châteauguay, Qc
J6J 5B3
(450) 699-0758
WSO# : 09149

Intergroupe OA de Québec Inc.
2700 boul. Laurier
Casier postal 31121
Québec, QC G1V 2L8
418 871-8240
[lien]
oaquebec@hotmail.com

Intergroupe OA Français de l'Outaouais
14, Chemin Briere Bowman, Qc
CANADA
J0X 3C0
Phone: 819-454-2449, 819-986-3136

Région 6
[lien]

WSO (Bureau des services mondiaux de OA)
1 505 891-2664
[lien]

hyperphagiecompulsive

Bon courage, tenez nous au courant

Prenez votre temps pour savoir si vous souhaitez être pris en charge par ce moyen. Ce n'est pas parce que je vous conseille çà que vous êtes obligée de le faire.

A vous de voir.


0 appréciations
Hors-ligne
Merci beaucoup !!!!!! Sérieusement il est 6h34 am au québec et j'étais en pleine crise au moment même ou je lisais vos messages. Après 6 Ah Caramel ( gateau choco caramel ) et l'envie folle de monter en chercher d'autre... en lisant les messages j'ai cesser d'avoir faim voir même mal au coeur. Je vais donc dormir merci cela a stopper ma crise a 6 ah caramel au lieu de 12! J'ai mal au coeur je me sens mal je me sens pleine et vide à la fois! J'ai envie de vomir mais si je vomis c'est comme si je n'acceptais pas que j'ai un problème alors comme punition je ne vomis pas quitte à engraisser ce sera vraiment de ma faute tout simplement! J'avais juste à pas manger autant!!!

Désolé si je suis crue et négative je le sais... mais je crois que ce n'est pas en cachant ce que j'ai que je vais finir par m'en sortir. Je me vide le coeur... j'essaie de ne pas relire.. demain je relirai et prendrai conscience de ma situation. Il me faut cesser ces crises... c'est comme une batail entre moi et la nourriture. Elle a gagner ce soir... mais seulement la moitier du match.. car j'ai arreter avant que j'empire ma situation!...

Je vais dormir! Wow 6h39 et dire que je me leverai dans 1h pour mes enfants....
StefyGraf
hyperphagiecompulsive

Avouer les circonstances de la maladie il faut le faire alors forcément que c'est négatif. Si çà ne l'était pas on ne serait pas malade.
Seulement il est conseillé d'avoir au moins une pensée positive par jour ou de repérer un évèvement positif dans la journée.
Ca n'empêcher en rien d'écrire tout ce que vous avez mangé, ressenti avant et après. Au contraire il faut que çà sorte.
Il n'est pas question de n'écrire sur le forum que du positif car on sait très bien que la maladie nous enfonce et que forcément on voit tout en noir.
Donc continuer si vous le souhaitez à écrire tout ce que vous avez sur le coeur le négatif, le positif. Ce n'est pas moi qui va vous jugez car bien sûr je ne suis dans les mêmes conditions que vous.
Surtout dites nous si vous avez contacté l'un des organismes ci dessus. Il vous faut un accompagnement et ne plus garder tout çà pour vous. Après il faut voir avec l'organisation, le temps que vous avez surtout avec les enfants. Et au Canada, vous n'avez pas d'école l'après-midi alors il peut être difficile de trouver un RDV. Essayez de voir au moins. L'accompagnement externe est primordial.
C'est pas grave si vous faites des crises, moi je n'en fais plus depuis presque 5 mois mais j'ai encore des compulsions alimentaires que j'arrive à stopper peu à peu en m'autorisant tous ces aliments que je m'interdisais.
Mais çà prend du temps. Dans l'état où j'étais quand j'ai créé ce blog en 2009, je n'aurais jamais pensé allé mieux en 2011. Seulement la prise en charge est progressive mais longue. Il faut s'entourer des bonnes personnes c'est à dire de bons médecins spécialisés.
Le rôle du nutrioniste est de vous faire maigrir, il ne gère que le poids, ces conseils ne sont pas forcément adaptés aux personnes comme nous. Car ils ne comprenent pas que notre prise en charge est particulière. Moi aussi j'étais suivi par un diététicienne mais il ne comprenait en rien ma maladie. Du coup je jeûnais pour le RDV pour ne pas qu'il voit les écarts de balance sinon je me faisais rouspéter. Donc attention vers qui vous allez vous tourner. Il ne faut pas qu'on vous reproche des choses. Il faut qu'on vous aide dans son ensemble mais le principal est la psychiatrie spécialisée TCA car ils sont formés pour et souvent ils ont l'habitude, le recul et la prise en charge adaptée pour nous.
Courage, il faut aller de l'avant.
Au plaisir.

0 appréciations
Hors-ligne
Salut je voulais vous laisser savoir que je vais mieux. J ai eu mal au coeur pendant toute la journée mais je vais mieux donc c est ce qui conte. Je n ai pas beaucoup manger les derniers jours puisque je me sentais trop coupable. Cependant jai manger de meilleurs choses.


Je vous remercie de vos réponses je viendrai après mon introspection. Après une crise j ai toujours une période d isolement est ce normal????
StefyGraf

0 appréciations
Hors-ligne
Salut je voulais vous laisser savoir que je vais mieux. J ai eu mal au coeur pendant toute la journée mais je vais mieux donc c est ce qui conte. Je n ai pas beaucoup manger les derniers jours puisque je me sentais trop coupable. Cependant jai manger de meilleurs choses.


Je vous remercie de vos réponses je viendrai après mon introspection. Après une crise j ai toujours une période d isolement est ce normal????
StefyGraf
hyperphagiecompulsive

Bonsoir,

C'est normal qu'après chaque crise, on veuille s'isoler. C'est la culpabilité qui fait çà. Ou alors çà peut être le fait de refuser qu'un tiers juge ce que vous avez encore mangé pendant cette crise.
L'isolement fait partie de la maladie donc c'est normal.

Mais ce n'est pas bien de faire la diète car çà accentue les crises les jours qui suivent. Car le corps s'affame et vous le fait bien rappeler. Donc non pas de diète. Mieux vaut manger quelquechose même peu que rien du tout. Il faut au moins combler sa faim car c'est en s'affamant que les crises se créent.
Bien sûr que ça soulage la culpabilité, c'est même une fierté la diète car on a pu lutter contre toute cette nourriture qui nous bouffe. Et le fait de manger tempèrent les crises. Même moi qui sautait des repas, je ne le fais plus car trop dangereux = crise assurée. Quand j'ai pas trop faim, je mange quand même léger me je ne peux plus me permettre d'aller coucher sans manger. Impossible le lendemain j'ai trop faim toute la journée et je n'arrête pas de manger.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres